Liège: réserver une salle de fitness aux femmes, c'est interdit

Le président du tribunal de première instance avait prévu de prendre une ordonnance en huit jours. Il en a suffi de trois pour trancher le litige.

C'est sur plainte d'un client mécontent du groupe HealthCity que le dossier est arrivé en justice. Et il obtient totalement gain de cause: un dédommagement moral, forfaitaire, fixé par la loi, et une astreinte par jour où l'accès à sa salle de sport continue à être exclusivement réservée aux dames.

L'ordonnance est très brève. Elle n'a pas nécessité une longue argumentation. Elle se borne à constater la discrimination.

Pour le groupe HealthCity, c'est une surprise. D'abord parce que cette politique unisexe a été pratiquée ailleurs dans le pays, dans les régions flamande et bruxelloise, sans susciter des réactions de cette ampleur. Ensuite parce que, lors de la dernière audience, l'entreprise a laissé entendre qu'elle envisage une négociation, un assouplissement, une adaptation. Elle n'a pas eu le temps de préciser ses intentions. Et désormais, elle doit assumer les conséquences financières de ses choix: si tous les mécontents du "women only" réclament à présent, l'addition, salée, risque de provoquer parmi les directeurs du groupe HealthCity de la sueur et des larmes.

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK