Liège: polémique autour de la fresque de l'église du monument Interallié

La fresque du graffeur Bonom sur l'église du monument Interallié à Cointe
2 images
La fresque du graffeur Bonom sur l'église du monument Interallié à Cointe - © RTBF

Sur le site de Cointe, le graffeur français Bonom a orné la façade de "la basilique" d'une centaine de mouettes blanches. Et c'est sur ce site que sera célébré, le 4 août prochain, la commémoration officielle du centenaire de la guerre 14-18. De nombreux chefs d’État seront présents et la cérémonie sera retransmise par de nombreuses caméras à travers le monde. Mais la peinture murale est loin de faire l'unanimité...

La décoration symbolique doit permettre aussi de masquer en partie, l'état de délabrement de l'église. Inaugurée en 1937, l'église n'a jamais été achevée faute de moyens. Ni vraiment restaurée. Sur la façade de la "basilique" de Cointe, des parties du revêtement en béton se sont écroulées, laissant apparaître la structure en briques. C'est la chancellerie du Premier ministre qui a commandé la fresque en dernière minute pour les cérémonies du centenaire de 14-18.

Une centaine d'oiseaux blancs stylisés se rejoignent au centre de la façade, symbole de paix et de réconciliation. Parmi eux, une mouette qui porte un coquelicot rouge. Pour Olivier Hamal, président de l'asbl du site du monument Interallié, "la décoration est certes un peu originale. Les goûts et les couleurs peuvent susciter des réactions des uns et des autres à son sujet mais son avantage, c'est qu'elle permet d'assurer la visibilité de l'édifice tout en cachant une partie de ses misères. Autre avantage: demain, si on rénove l'édifice, on pourra enlever la peinture de la fresque sans difficultés."

Pour Louis Maraite, riverain et conseiller communal MR, ce qu'il qualifie de "maquillage militaire" de l'église est loin d'avoir l'effet escompté... "Si on voulait cacher l'église, avec cette œuvre d'art, c'est raté. Cette œuvre d'art va plutôt attirer le regard sur l'état de délabrement de l'édifice religieux." Reste à voir ce que deviendra demain ce bâtiment que l'évêque de Liège envisage de transformer en basilique de la paix.

Erik Dagonnier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK