Liège: OUFTI-1 le premier nanosatellite entièrement belge

Oufti 1
2 images
Oufti 1 - © D.R © ULg - Jean-Louis Wertz 2013.

La Belgique est en passe d'écrire une nouvelle page de son histoire spatiale avec la mise au point du premier nanosatellite entièrement belge. Et c'est à Liège que cela se passe. Ce satellite pourrait être lancé dans un an et a la particularité d'avoir été conçu par des étudiants de l'Université de Liège et de deux hautes écoles liégeoises. Il vient de franchir l'importante étape de l'assemblage et de l'inspection par les experts de l'Agence spatiale européenne.

Ce satellite est tout petit : un cube de 10 cm de côté. Il va servir à tester des cellules solaires, à l'image de celles des panneaux solaires, mais surtout, il servira aux radio-amateurs.

Comme l'explique le professeur Jacques Verly, co-responsable du projet, "il s'agit avant tout d'un projet éducatif par les étudiants et pour les étudiants. Il a un but bien précis qui est de mettre un relais de radiocommunication dans l'espace qui utilisera le protocole de communication D-Star et donc ce sera le premier satellite de ce type. Il doit être mis à la disposition des radio-amateurs à travers le monde".

Concrètement, ce satellite va amener des communications de meilleure qualité, dit le professeur Gaëtan Kerschen, l'autre responsable du projet. "C'est un protocole qui est digitale, comme on a la télévision digitale. Les communications vont être de meilleur qualité et nous pouvons aussi transmettre de la voix et des données simultanément donc quelqu'un qui parle peut transmettre sa position GPS simultanément".

Depuis 2008, ce sont 45 étudiants qui se sont succédé à la conception et la construction de ce satellite. Et pour eux, le projet aura été un plus indéniable pour la suite.

Lionel Jacques, un étudiant qui travaille sur la mission Solar Orbiter de l'Agence spatiale européenne, un grand satellite qui s'approchera très près du soleil raconte : "Nous ne sommes pas habitués en tant qu'étudiants à travailler en équipe. La difficulté est de pouvoir comprendre ce que l'électricien fait, voir les problèmes qu'il a que nous on ne comprend peut-être pas de prime abord et puis de pouvoir interagir avec eux pour dire ok ce problème il a un impact chez moi aussi et de pouvoir interagir et de pouvoir discuter avec les sous-systèmes qu'ils soient électriques, mécaniques, etc. C'est ce qui nous apporte le plus pour après".

Ce premier satellite entièrement belge porte un nom très liégeois : OUFTI-1. 1 parce qu'il devrait être suivi d'autres. OUFTI-1 étant l'acronyme d'Orbital Utility For Telecommunication Innovations.

Olivier Thunus