Liège : les TEC expérimentent l'entrée par l'arrière dans les bus

Une projet-pilote permet aux navetteurs de la ligne 10 de monter par l'arrière du bus. (illustration)
Une projet-pilote permet aux navetteurs de la ligne 10 de monter par l'arrière du bus. (illustration) - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Depuis 14 ans, les navetteurs des TEC doivent obligatoirement embarquer dans les bus par l’avant. Mais cela pourrait bientôt changer.

La montée par l’avant avait été adoptée en 2005 afin de réduire les fraudes sur le réseau des TEC wallons. La fraude a depuis diminué et les abonnements papier ont disparu pour laisser place aux cartes sans contact en 2015. Les abonnés possèdent maintenant une carte MOBIB qui leur permet de valider leurs trajets sur des valideurs.

Mais le fonctionnement des entrées dans les bus n’a pas changé. Tous les usagers doivent encore monter par l’avant, créant de temps à autre des files et une perte de temps.

Optimiser la ponctualité

Les TEC Liège-Verviers envisagent donc aujourd’hui de faire marche arrière afin d’optimiser les temps d’embarquement et la ponctualité. Un projet pilote est mené sur la ligne 10 reliant Liège à Fléron où les bus articulés sont équipés de valideurs à chaque porte. 

Durant un mois, les abonnés et possesseurs de cartes sans contact auront la possibilité de rentrer par l’arrière du véhicule. Si l’expérience est convaincante, l’embarquement par l’arrière pourrait se généraliser à toutes les lignes du réseau liégeois.

Un embarquement par l’arrière sous deux conditions

L’entrée par les portes arrière ne sera cependant pas la norme. Les voyageurs pourront accéder à l’arrière des bus sous deux conditions :

  • Si l’arrière du bus est moins chargé que la partie avant
  • Si le nombre de clients désirant embarquer est important

Pour les personnes non munies d’un billet de transport, l’entrée par l’avant est toujours d’application afin d’acheter un ticket auprès du chauffeur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK