Liège: les squatteurs du Théâtre de la Place doivent quitter les lieux

L'ancien site du Théâtre de la Place, Place de l'Yser
L'ancien site du Théâtre de la Place, Place de l'Yser - © wikipedia

Le squat du Théâtre "A la Place", en Outremeuse, à Liège, devra prendre fin sans délai. La ville veut vider les lieux abandonnés par l'ancien théâtre mais toujours occupé depuis septembre par un collectif de jeunes artistes autogérés. Ce dimanche, ils se sont réunis pour réfléchir à une riposte.

Assis en assemblée, une quarantaine d'arti-vistes, comme ils se définissent, donnent leur avis. Pas question d'abandonner le bâtiment pour qu'il devienne un chancre. Ce lieu a une âme, comme le souligne Nikolaïki: "C'est ça qui est exceptionnel, c'est de pouvoir donner la possibilité à des gens de fouler ces salles là qui sont réservées normalement à une cinquantaine ou à une centaine de gens. Et nous, des amateurs, nous les avons foulées à travers Roméo et Juliette qu'on a monté le mois dernier. Pendant 26 ans, ce bâtiment n'a pas été aux normes et nous, on l'a quand même sécurisé à notre façon. Les salles où on reçoit le public ne sont pas dangereuses".

Le bâtiment n'est plus aux normes depuis longtemps donc mais cette mise en demeure sonne comme une provocation pour Georges et ses amis: "Cette méthode nous a à la fois surpris et mis en colère dans la mesure où nous avons déjà plusieurs fois signalé que nous étions prêts à discuter. Dans la mesure du possible, si un tel lieu d'expression peut exister, tant mieux. Maintenant, c'est clair que sur le long terme, c'est un bâtiment qui nécessite un certain nombre d'entretiens et de gestion et là, c'est une question de moyens".

Côté ville, l'enquête publique pour la démolition a eu lieu, une somme de 600 000 euros est déjà prévue pour un premier réaménagement de la place mais aucun projet n'est encore totalement ficelé. La ville prendra le pouls du quartier ce lundi soir, à 19 heures, au pavillon de Flore rue Surlet. Les artistes du Théâtre A la place seront au rendez-vous.

Françoise Dubois

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK