Liège : le policier admet l'existence d'un système frauduleux de sponsoring

Fin mars, un policier liégeois a été placé sous mandat d’arrêt pour corruption, blanchiment d’argent et fraude fiscale. Comme le révélait La Dernière Heure ce jeudi matin, ce policier a avoué l'existence d'un système de fraude fiscale via des contrats de sponsoring conclus dans le cadre de ses participations à des rallyes.

Par ailleurs, il est soupçonné d'avoir été rétribué, avec d'autres policiers, par la société de dépannage Nucera pour couvrir ou favoriser des pratiques suspectes dans l'enlèvement des véhicules à Liège. Dans ce cadre, une responsable de la société de dépannage Nucera - la fourrière officielle de Liège - a aussi été placée sous mandat d'arrêt.

Il y a deux semaines, la chambre du conseil de Liège avait décidé de libérer sous conditions les deux intéressés. Mais le parquet ayant fait appel, ils étaient restés en détention. Ils ont comparu ce jeudi devant la chambre des mises en accusation de Liège.

En tous cas, entendu il y a quelques jours à propos du volet "sponsoring" de l'affaire, le policier est passé aux aveux. Le parquet le confirme. L'homme a reconnu la mise en place d'un système frauduleux. Il proposait à des sociétés de sponsoriser sa voiture de rallye. Ces sociétés déduisaient fiscalement l'entièreté des sommes versées, mais le policier leur en rétrocédait en fait une partie au noir. Dans quelles proportions ? L'homme a donné des détails. Il a cité des montants. Mais le parquet indique qu'il n'est pas encore possible de les confirmer. Un préjudice de 4 millions et demi d'euros a été évoqué.

Les responsables de deux sociétés concernées ont aussi été entendus et ils ont confirmé le système, précise le parquet. Il n'y a pas eu d'autre arrestation jusqu'ici.

Reste le volet "dépannages"... Dans ce cadre, des soupçons de corruption pèseraient sur plusieurs policiers liégeois. Impossible d'en savoir plus auprès du parquet. Il a décidé de ne pas communiquer sur cette partie de l’affaire.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK