Liège: le musée de l'îlot Saint-Georges va accueillir les réserves muséales de la Ville

Le Musée des Beaux Arts de Liège qui accueillait la fresque d'Oscar San Miguel Erice, avant de déménager dans la parc de la Boverie.
Le Musée des Beaux Arts de Liège qui accueillait la fresque d'Oscar San Miguel Erice, avant de déménager dans la parc de la Boverie. - © Ville de Liège

Après l'inauguration réussie du musée de La Boverie, Liège veut mettre en valeur le reste de son patrimoine muséal. Il faut dire que la ville possède une riche collection de peintures et de sculptures. C'est l'ancien Musée des Beaux-Arts de l'îlot Saint-Georges qui va servir de réserves pour toutes les œuvres des musées liégeois.

Des œuvres en partie accessibles au public

Sur quatre étages, le bâtiment accueillera à terme environ 6000 pièces. Ajoutez-y les 40.000 dessins et gravures du cabinet des estampes et environ 300.000 documents de la bibliothèque Ulysse capitaine, vous aurez alors une idée de l'ampleur du déménagement prévu. Les services de la ville ont même dû procéder à des études de résistance du bâtiment. 

Les premiers calculs de résistance au sol de l'ancien musée Saint-Georges sont rassurants. Il pourra donc bientôt accueillir l'ensemble des réserves muséales éparpillées dans la ville.

Un déménagement qui prendra du temps

"Ce que montre dans les musées ne constitue qu’une infime partie de ce qui fait notre richesse. Il y a toute une série de pièces qui sont utiles et qui sont reliées à une époque, à Liège ou à un artiste qui peuvent devenir un vrai sujet de curiosité pour tout le monde" explique Thierry Basomboli, porte-parole de l'échevin de la culture qui désire moderniser et ouvrir ces réserves au public.

A terme par exemple, et sous certaines conditions, vous pourrez par exemple découvrir dans les réserves de l'îlot Saint-Georges, la trentaine d'œuvres restaurées du peintre liégeois du 18e, Léonard Defrance, célèbre pour ses vues industrielles, des œuvres difficiles à exposer toutes ensemble. Mais vous pourrez aussi consulter d'anciens journaux ou livres sur Liège.

Reste que, contrairement à La Boverie, aucun budget spécifique n'est prévu pour ce vaste chantier des réserves muséales qui risque de prendre des années.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir