Liège: le MAD Musée bientôt agrandi et rénové

Liège: le Mad Musée bientôt agrandi et rénové
2 images
Liège: le Mad Musée bientôt agrandi et rénové - © Ateliers Beguin-Massart

D'ici un an, le MAD Musée, dans le Parc d'Avroy, va enfin connaitre une cure de jouvence. Depuis 2008, un projet d'agrandissement et de rénovation a été confié aux architectes liégeois Beguin-Massart. Mais il fallait assurer le financement de ces transformations nécessaires, avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, adopter un cahier des charges, et lancer la procédure d'adjudication du marché. C'est ce qui a été fait lors de la séance du conseil communal de ce lundi 30 juin, sur proposition de l'échevin de la Culture Jean-Pierre Hupkens et de l'échevin des Travaux Roland Léonard.

Le MAD Musée conservera ses structures "sixties" bien connues - le bâtiment remonte à 1961 - et son café apprécié des Liégeois. Mais il doublera ses surfaces, en accueillant sur sa terrasse une grande salle d'exposition.

Tout le bâtiment sera enveloppé d'une coque transparente en polycarbonate, qui jouera de la lumière de jour comme de nuit, par un rétro-éclairage. Brigitte Massart et Aloys Beguin sont les architectes du projet: " Nous avons souhaité marquer le nouveau MAD d'un signal aux visiteurs. C'est ce qui a donné lieu à la conception d'une salle que nous avons appelée Le champignon", explique Aloys Beguin. "C'est une salle qui est portée sur une colonne centrale, un peu comme un arbre. Elle abrite une sorte de porche qui sera un lieu d'arrivée des visiteurs".

De nouvelles capacités d'expositions

"Ce bâtiment est un peu comme une icône des années 60" poursuit Aloys Beguin. "Le bâtiment existant du MAD devait être conservé. Nous nous sommes assez vite rendu compte que nous pourrions superposer au bâtiment existant, sur la terrasse, tout simplement la fonction du musée. Un peu comme un musée en terrasse sur le parc".

La surface sera quant à elle doublée: "On aura environ 400 mètres carrés de surface pour la collection permanente, 130 mètres carrés pour la salle d'exposition temporaire. On aura aussi, chose très importante, en sous-sol, des locaux de réserve des œuvres d'art, qui vont être climatisés. Également un espace d'activité pédagogique, un book-shop ainsi qu'un centre de documentation qui mettra en valeur la collection d'ouvrages du MAD". Les architectes ont aussi dans leurs cartons une implication artistique du photographe gantois Dirk Braeckman: un travail d'impression en noir et blanc très léger, à partir de feuillages d'arbres, sur la structure même de l'enveloppe en polycarbonate.

L'intégration dans le parc

L'ouverture sur le parc restera préservée. "La terrasse extérieure sera stabilisée et prolongée tout le long du bâtiment, en face du kiosque", précise Brigitte Massart. "Nous avons également prévu de grandes baies vitrées dans l'enveloppe, qui permettront d'avoir depuis le musée des vues privilégiées du parc, et depuis le parc, de deviner la vie intérieure du musée. La muséographie du lieu, dont nous avons également la charge, a été discutée avec les responsables du musée, de façon à faire coïncider au mieux le projet avec leurs demandes spécifiques en matière d'accrochage et de luminosité.".

Un budget de 2 800 000 euros

"Les architectes ont vraiment bien travaillé" souligne Roland Léonard, échevin des Travaux. "C'est un endroit emblématique qui va se développer aussi avec l'arrivée du tram, l'extension du parc. Il fallait vraiment trouver à l'intégrer et à respecter le lieu, ce sera le cas notamment en plaçant une toiture végétale, qui facilitera le drainage naturel, et offrira une vue intéressante pour les habitants des buildings voisins".

Les 2 millions 800 000 euros du budget sont apportés par la Communauté française (1 million 800 000 euros), par la Ville (600 000 euros) et par l'asbl Créahm (400 000 euros). "Nous sommes très heureux d'avoir pu boucler le dossier financier avec la Communauté française sur un tel projet", confirme Jean-Pierre Hupkens, échevin de la Culture. "D'une part, parce que le MAD Musée est un outil dynamique et reconnu chez nous et à l'étranger pour la qualité de son travail artistique. Et d'autre part, parce qu'il s'agit d'un des derniers investissements en matière d'infrastructure sur Liège, que la Communauté française a pu encore réaliser."

Le début des travaux est prévu dans le courant de l'année 2015.

Alain Delaunois

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK