Liège : le chantier de restauration de la cathédrale Saint-Paul avance très bien

Sur la toiture du bas-côté nord de la nef
5 images
Sur la toiture du bas-côté nord de la nef - © RTBF - Martial Giot

La cathédrale Saint-Paul de Liège est l’objet d’un grand chantier de restauration extérieure depuis mai 2016. Environ 80% des travaux ont été menés à bien. Le reste devrait être réalisé d’ici janvier 2020. " Le chantier avance très bien. ", confirme Yves Jacques du cabinet Architectes Associés, " On colle bien au planning qui avait été fixé par la budgétisation de la Région Wallonne. "

Plus que quelques mois d’attente donc et les Liégeois et les visiteurs de la cité ardente pourront juger des résultats du lifting complet de ce bâtiment érigé à partir du XIIIe siècle. Sur le chantier, des couvreurs sont notamment à l’œuvre. " Les travaux qui sont en cours, c’est la fin de la couverture en plomb du bas-côté nord de la nef de l’église. ", explique Yves Jacques, " Il y a aussi beaucoup de travaux de remplacement de pierres et de nettoyage qui sont en phase de finition. Et puis, on s’attaquera aux toitures des collatéraux du chœur, les chapelles et la sacristie. Ce sont aussi des toitures assez complexes dont il faut renouveler la couverture. " En ce qui concerne les travaux achevés récemment, Yves Jacques pointe : " Le côté sud, la toiture de la nef et la toiture du chœur. "

La restauration se fait à l’identique. " Ce n’est pas trop compliqué ici. Quoique, on a dû faire pas mal de modifications dans les charpentes puisque celles-ci avaient été un peu bricolées au milieu du XIXe siècle. ", constate Yves Jacques, " Rien n’est jamais simple dans une restauration. On est évidemment entourés par un comité d’accompagnement constitué d’historiens, d’architectes et d’archéologues. Donc on est bien entourés de ce côté-là mais les débats ne sont pas toujours très simples. On peut discuter longtemps pour arriver à prendre une décision mais on y arrive toujours. "

Xavier Tonon, autre architecte du cabinet Architectes Associés, attire notre attention sur une pierre qui a été changée sur une des façades : " On avait pas mal de pierres qui étaient dégradées, alors, en fonction du type de dégradation, on opte pour l’une ou l’autre intervention. Soit on fait un greffon, quand la pierre n’est pas totalement dégradée, ou bien, si la pierre ne peut pas être conservée, on la remplace alors intégralement par une nouvelle pierre de même origine géologique. Ici, on a du calcaire de Meuse, par exemple, donc on remplace par une pierre en calcaire de Meuse, avec une taille spécifique mais qui s’intègre quand même au parement existant. Ça permet pour les archéologues et pour les " spécialistes " de distinguer la pierre qui a été remplacée par rapport à celles qui se trouvent à côté. Ça doit se distinguer, mais de manière subtile pour que ce ne soit pas, comme on dit, un coup de poing dans l’œil. "

Adrien Martens est le régisseur de la cathédrale. Il se montre satisfait de la manière dont le chantier avance. " Tout se déroule bien, dans les délais, et le résultat est magnifique. Personnellement j’aime beaucoup et je pense que les échos sont très favorables. Les Liégeois disent qu’ils sont très contents de retrouver une cathédrale propre, que le résultat est tout à fait à la hauteur de ce qu’ils attendaient depuis longtemps. " Certains ont toutefois été surpris de redécouvrir les parties en tuffeau. " Le tuffeau était tellement noir, qu’on ne voyait plus qu’il était jaune ! ", explique Adrien Martens, " Le choix qui a été fait de mettre un badigeon de la couleur originale de la pierre en a surpris plus d’un, mais le résultat est tout à fait magnifique. " Ultérieurement, les responsables de la cathédrale espèrent faire réaliser d’autres travaux, à l’intérieur de l’édifice. " On aimerait beaucoup pouvoir rafraîchir les peintures des plafonds. Ce sera aussi un dossier assez compliqué à mener mais on y tient fort. ", conclut le régisseur.

Archives : Journal télévisé 19/01/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK