Liège: la Tour des Finances accueille ses premiers employés

Tour des Finances à Liège
3 images
Tour des Finances à Liège - © RTBF (F. Dubois)

L'heure du déménagement a enfin sonné pour les travailleurs de la Tour des Finances à Liège. Depuis quelques jours, les premiers fonctionnaires sont arrivés dans leurs nouveaux bureaux. C'est un déménagement qui va durer six mois.

Le chantier aura duré vingt-sept mois.  S'il a été réceptionné fin 2014, il reste quelques finitions à achever ça et là dans les vingt-huit étages qui composent la nouvelle Tour de Finances.  Ce qui n'a pas empêché les premiers fonctionnaires de s'y installer progressivement.  Le gros du déménagement est prévu fin mars, mais d'autres agents de la Régie des bâtiments devront encore s'installer pour fin 2015.

L'édifice mesure 118 mètres de haut (136 si l'on compte le mât) et possède une superficie de 52 946m2.  Il rassemblera environ 1 100 fonctionnaires, provenant essentiellement de l'ancien bâtiment des rues Paradis et de Fragnée, mais aussi de dix autres implantations (sept à Liège, les autres à Flémalle, Herstal et Seraing).  Les anciennes implantations qui sont propriété de la Régie des bâtiments seront revendues.  Il sera mis fin au bail pour les implantations qui étaient louées.  Des transferts partiels seront opérés dans six autres bâtiments (Seraing, Comblain-au-Pont, Aywaille, Soumagne, Verviers et Visé).

La tour sera louée à Fedimmo par le SPF Finances, pour un loyer annuel indexable de 5,9 millions d'euros.  Le contrat est fixé pour 27 ans et demi, avec option d'achat à l'échéance.  Ce montant est un peu plus élevé que celui qui était déboursé pour l'ensemble des sites.  Mais selon les nouveaux locataires, des économies d'échelle pourront être réalisées en ce qui concerne l'entretien et la consommation énergétique.

Le bâtiment se veut durable, muni de triple vitrage, de panneaux solaires, d'éclairage intelligent ou encore d'un système de récupération d'eau de pluie.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK