Liège : la taxe "non-ménage" remise en cause au conseil communal

L’an dernier, la taxe "non ménage" a permis de récolter près de trois millions d’euros. Elle concerne près de treize mille personnes qui pratiquent une profession libérale dans un immeuble et qui sont domiciliées ailleurs. Elle rapporte de plus en plus, car les services de la ville ne se contentent plus des déclarations spontanées des contribuables, mais croisent les bases de données, les registres d'entreprises, les sites des cabinets d'avocats ou de médecins.

L'opposition, le mouvement réformateur, s'inquiète.

L'échevin des finances se justifie: la municipalité est tenue d'organiser la collecte des déchets à chaque adresse, indépendamment des quantités de détritus. Les sommes réclamées sont des frais déductibles à l'impôt sur le revenu. La majorité socialiste-centriste n'est pas contre une discussion sur une perception plus souple, solidairement, et non plus individuellement, lorsque plusieurs collaborateurs travaillent dans le même bureau. Le débat risque de rebondir pour l'exercice 2016.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK