Liège: la relance de l'ex-Cuivre et Zinc se confirme

Pour l'ex-Cuivre et Zinc, c'est une sorte de résurrection qui s'accomplit
Pour l'ex-Cuivre et Zinc, c'est une sorte de résurrection qui s'accomplit - © RTBF

Le tribunal de commerce de Liège a examiné ce mercredi matin une offre de reprise des anciennes usines Cuivre et Zinc, en faillite depuis le printemps. Le groupe chinois Fushi Copperweld propose près de six millions pour racheter le bâtiment et les machines, avec embauche de 70 travailleurs endéans les deux ans. Le jugement devrait intervenir avant la fin de la semaine, pour une relance dès le premier octobre.

Lors de la mise en liquidation en février puis la faillite, en avril, personne n'aurait misé un centime sur la survivance du travail du cuivre en région liégeoise. C'est une sorte de résurrection qui s'accomplit.

Le groupe chinois Fushi propose un contrat de location-gérance avec option d'achat. Il prévoit d'injecter deux millions immédiatement, puis huit millions à brève échéance, huit millions d'une ligne de crédit déjà ouverte par la banque BNP Paribas Fortis.

C'est que le repreneur présente un projet industriel solide : il s'agit de produire, avec une septantaine de travailleurs, 5000 tonnes de tubes à usage sanitaire puis progressivement, de compléter avec la fabrication de câbles électriques bimétalliques cuivre et acier, une technologie qui a assuré le développement exponentiel du groupe Fushi.

Le gouvernement wallon s'est démené en faveur de cette relance. Le ministre de l'économie d'abord, mais également le ministre écologiste de l'environnement. Une lettre de confort a été versée au dossier dans laquelle il s'engage à ne pas réclamer au repreneur de dépolluer à ses frais les neuf hectares du site, dont les terres sont historiquement contaminées depuis plus d'un siècle.

Le tribunal doit à présent homologuer ce montage. Malgré une offre de dernière minute d'hommes d'affaires américains et espagnols aux intentions plutôt obscures, une décision favorable à Fushi ne fait plus guère de doute.

M. Gretry

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK