Liège: l'Opéra Royal de Wallonie présente sa saison 2016-2017

L'Opéra Royal de Wallonie-Liège a dévoilé le programme de sa saison 2016-2017 ce mercredi. Elle débutera en septembre prochain. Deux productions seront de retour: "Orphée aux enfers" d'Offenbach (du 20 au 31 décembre 2016) et "Otello" de Verdi (du 16 au 29 juin 2017). Mais le programme comprend aussi notamment cinq nouvelles productions de "Turandot" de Puccini (23 septembre au 4 octobre 2016), "Nabucco" de Verdi (du 18 au 29 octobre 2016), "La Damnation de Faust" de Berlioz (du 25 janvier au 5 février 2017), ainsi que du fort peu joué "Jérusalem" de Verdi, d'ailleurs présenté pour la première fois en Belgique (du 17 au 25 mars 2017). Stefano Mazzonis di Pralafera, le directeur général et artistique de l'ORW: ""Jérusalem" de Verdi, ça c'est la grande découverte et la grande nouveauté. Un opéra de Verdi complètement oublié, que personne ne joue, que Verdi avait écrit pour l'Opéra de Paris, en remaniant un opéra qu'il avait déjà écrit quatre ans auparavant ("I Lombardi"), mais qui n'a rien à voir. Il a complètement réécrit le livret et il a réécrit et réorchestré un opéra en y ajoutant même des ballets, donc c'est un autre opéra."    

Le retour de Jaco Van Dormael à l'ORW

Bien plus connu et joué: "Don Giovanni" de Mozart. Cet opéra sera présenté (du 20 au 29 novembre 2016) dans une mise en scène du cinéaste belge Jaco Van Dormael qui, en 2012, pour la réouverture après rénovation de l'Opéra Royal de Wallonie, y avait mis en scène "Stradella" de César Franck."J'aurais voulu Jaco Van Dormael avant, mais il a été engagé dans son film "Le tout nouveau testament.", explique Stefano Mazzonis di Pralafera, "Je lui ai proposé plusieurs titres et quand je lui ai dit "Don Giovanni", il m'a dit: "Ça c'est ma tasse de thé !". Je crois que ce sera une mise en scène fantastique. Il a pratiquement éliminé l'aspect sexuel de Don Giovanni pour en faire un homme de pouvoir, donc il voit cette façon arrogante de ce personnage dans une conception de pouvoir et pas de banale sexualité, ce que je trouve très intelligent, très proche de la vision de Mozart qui est très difficile à déchiffrer."

Au rayon des nouveautés, on peut également relever dans ce programme 2016-2017 l'opéra baroque "Didon et Enée" de Purcell (du 9 au 14 mai 2017), une œuvre jamais donnée jusqu'ici sur la scène de l'Opéra Royal de Wallonie-Liège.

Au cours de sa saison 2016-2017, il sera également en tournées à l'étranger, à l'Israeli Opera de Tel-Aviv, avec "La Gazzetta" de Rossini (du 29 mars au 9 avril 2017), et au Royal Opera House de Muscat, au Sultanat d'Oman, avec "Les Pêcheurs de perles" de Bizet (du 11 au 13 mai). 

Un public nombreux et qui se renouvelle

Quant aux chiffres affichés par l'Opéra Royal de Wallonie-Liège, ils réjouissent son directeur général et artistique, Stefano Mazzonis di Pralafera: "Quand on a un taux de remplissage qui dépasse les 97 pourcents, ça veut dire qu'on est une maison bien aimée. Elle se porte bien, cela fait neuf ans que les comptes sont en équilibre, malgré les coupures de budget qui nous ont touchés, mais que je trouve tout à fait normales dans un contexte de crise économique. Ici, le Conseil d'administration, nous-mêmes, les travailleurs de la maison, les artistes invités, tout le monde a accepté des diminutions, d'une manière ou d'une autre, ou une augmentation de leur travail pour faire face aux difficultés." Le public est présent, et Stefano Mazzonis di Pralafera y relève particulièrement la présence de jeunes (de moins de 32 ans): "C'est mon dada depuis le début. Et aujourd'hui, on a un taux de fréquentation, je parle dans la saison, dans les opéras, de 20 pourcents de jeunesse, mais tous publics confondus, on arrive presque à 30 pourcents de jeunes. Ça, c'est le public du futur qui nous remplacera tous un beau jour. Il doit être là, sinon les maisons d'opéras vont fermer."

A son public, l'opéra liégeois propose notamment des activités découvertes, dans ce domaine, deux nouveautés sont à noter pour la saison 2016-2017: une "rentrée non académique" qui lui révèlera les secrets de la conception d'un spectacle, en l'occurrence de "Nabucco", à l'affiche en octobre, ainsi que des "répétitions ouvertes", l'occasion d'assister à des séances de répétition (pour "Don Giovanni", "La Damnation de Faust" ou "Otello" au cours de la prochaine saison). 

                 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK