Liège: l'enquête sur la tuerie de la place Saint-Lambert est terminée

L'action publique est éteinte vis-à-vis de l'auteur de la fusillade puisqu'Amrani s'est suicidé mais pour Thierry Kremer, le père de Laurent, une des victimes d'Amrani, des questions demeurent: "Que faisait cet individu en liberté alors que c'est un multirécidiviste? Que faisait-il avec toutes ses armes? Il y a des agissements que l'on ne peut pas comprendre. Moi, je veux bien des libertés conditionnelles, mais qu'on se donne au moins les moyens de suivre ces conditions".

Pour Thierry Kremer, il y a clairement d'autres responsables: "Ce n'est pas un individu à pointer, mais plutôt le système en lui-même". Et pour lui, il n'est pas question de voir ce dossier classé: "On est dans un état de tristesse depuis 26 mois, on n'attend pas vraiment une réponse. En fait, on ne sait pas trop dans quel état d'esprit on peut être. Parfois, on a envie de connaître un peu plus de vérité, mais quelles sont ces vérités? On n'a pas trop envie que ça traîne, on a envie qu'on s'occupe de notre dossier, mais on ne veut pas non plus que ce soit trop vite clôturé parce qu'alors on aurait peut-être l'impression que le dossier est négligé, voire bâclé".

F. Dubois

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK