Liège: fin de l'enquête publique pour le vaste projet immobilier aux Guillemins

Le groupe Circus, déjà présent, envisage de démolir une quinzaine de maisons, dans le voisinage immédiat de la gare Calatrava, pour reconstruire plusieurs immeubles, dont un hôtel.
Le groupe Circus, déjà présent, envisage de démolir une quinzaine de maisons, dans le voisinage immédiat de la gare Calatrava, pour reconstruire plusieurs immeubles, dont un hôtel. - © Google maps

Ce mercredi, c'est le jour de la clôture de l'enquête publique à propos d'un investissement immobilier majeur dans le quartier des Guillemins, à Liège. Le groupe Circus, déjà présent, envisage de démolir une quinzaine de maisons, dans le voisinage immédiat de la gare Calatrava, pour reconstruire plusieurs immeubles, dont un hôtel, qui ouvrirait ses portes en 2017. Un projet ambitieux, mais qui pourrait néanmoins se heurter à quelques critiques.

C'est le syndrome du cube en verre, qui a déjà provoqué débats et dégâts dans l'urbanisme liégeois. Les plans prévoient un hôtel de 86 chambres, à l'enseigne IBIS, dans un bâtiment de dix étages, de forme carrée, à la façade entièrement couverte de vitrage. Particularité: il est en porte-à-faux. A partir du troisième niveau, l'un des coins déborde très largement sur le trottoir, à l'angle de la rue et de la place des Guillemins. C'est un parti-pris architectural: il s'agit de gonfler le nombre de fenêtres qui regardent la gare, un argument pour attirer le touriste.

Mais, en conséquence, pour les piétons en provenance du centre, le champ de vision sur la célèbre charpente de Calatrava va rétrécir. C'est une sorte de privatisation du point de vue. Quelques réclamations pourraient s'exprimer à ce propos.

Pour le reste, ce projet ne manque pas d’attraits. C'est un investissement de 25 millions d'euros, emmené par le groupe des salles de jeux Circus, qui élimine une quinzaine d'immeubles vétustes, qui réhabilite une sorte de chancre qui mêle plusieurs fonctions: du logement, des commerces, des bureaux et du stationnement automobile en sous-sol, et qui prolonge l'une ou l'autre impasse pour créer des cheminements en intérieur d'îlots.

Entre les atouts et les défauts du dossier, c'est au pouvoir politique qu'il revient de décider.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir