Liège : plus d'un millier de policiers ont assisté aux funérailles de Lucile Garcia et Soraya Belkacemi

Les funérailles de Lucile Garcia et Soraya Belkacemi, les deux policières qui ont été tuées par Benjamin Herman, se sont déroulées ce mardi au centre funéraire de Robermont. Des centaines de personnes, dont de nombreux policiers venus de tous le pays ont assisté à la cérémonie.

A 9h30, les deux corbillards sont arrivés. La cérémonie proprement dite a débuté à 10 heures.

Les deux corbillards transportant Soraya Belkacemi et Lucile Garcia se sont arrêtés devant le centre funéraire de Robermont, face à une haie de policiers faisant le salut. Deux autres corbillards ont été nécessaires pour transporter les nombreuses gerbes de fleurs.

Le public pouvait suivre la cérémonie sur un écran géant.

La cérémonie a été célébrée par Mgr Jean-Pierre Delville.

Il régnait un lourd silence tandis que les cercueils étaient acheminés vers l'intérieur. Afin de respecter la volonté des familles des deux policières, que l'on surnommait Cathy et So, seules les personnes autorisées ont pu entrer dans le bâtiment. Etaient notamment présents aux funérailles, outre un représentant du Roi et le prince Laurent, le Premier ministre Charles Michel (MR), les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon (N-VA) et Koen Geens (CD&V), le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR), celui de la Coopération au Développement Alexander De Croo (Open Vld), le ministre-président wallon Willy Borsus (MR) et celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte (PS), le président du PS Elio Di Rupo, les ministres de la Culture et de l'Egalité des chances en Fédération Wallonie-Bruxelles, Alda Greoli (cdH) et Isabelle Simonis (PS), la présidente du Sénat Christine Defraigne (MR) ou encore le président de la Chambre Siegfried Bracke (N-VA). Les autorités communales et provinciales liégeoises étaient également représentées.

"Nous voulons redire toute notre solidarité, notre plus profonde émotion et aussi notre infinie tristesse face à cette situation. (...) C'est un véritable drame et nous voulons être aux côtés de celles et ceux qui souffrent aujourd'hui. Nous sommes vraiment tous et toutes bouleversés", a commenté Willy Borsus à l'issue de la cérémonie.

Jan Jambon a remis aux deux policières la croix civique de première classe à titre posthume.

De gauche à droite : le chef de corps de la police de Liège Christian Beaupère, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer, les ministres Koen Geens et Daniel Bacquelaine, la présidente du Sénat Christine Defraigne, le président de la Chambre Siegfried Bracke, le Premier ministre Charles Michel et les ministres Jan Jambon et Alexander De Croo.

Le prince Laurent a tenu à être présent. Il est resté à l'extérieur du centre funéraire de Robermont, avec des centaines d'agents de police, pour assister à la cérémonie, retransmise sur grand écran. 

Sa présence n'avait pas été annoncée mais le prince Laurent considère qu'il est "normal d'être là", "par sympathie". "Ce drame a touché tout le monde", a-t-il déclaré dans une courte interview vidéo en néerlandais à l'agence Belga.

Un millier de policiers, issus de la police de Liège majoritairement et d'autres zones du pays, ont également assisté à la cérémonie depuis un écran géant installé à l'extérieur. D'autres policiers en civil, des proches et la presse constituaient le reste de l'assemblée à l'extérieur, les familles ayant souhaité que les funérailles se déroulent autant que possible dans l'intimité. Raison pour laquelle les prises de parole des proches des victimes, durant la cérémonie, n'ont pas été retransmises sur l'écran géant.

Christian Beaupère, chef de corps de la police de Liège, fut le premier à rendre hommage aux deux collègues de la brigade circulation, mères et grand-mère pour l'une d'elles, deux femmes courageuses et toujours joyeuses, reconnues parmi les meilleurs éléments de leur service. En rappelant que leur mort est due à "une attaque au fondement de l'Etat belge", il a appelé les autorités du pays à prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection et la sécurité de tous, policiers et citoyens. "Nous plions mais nous ne romprons pas. Si notre genou est à terre, nous ne sommes pas tombés et nous continuerons à servir, debout, avec une certaine crainte mais sans peur", a-t-il déclaré.

L'hommage de Christian Beaupère, filmé par RTC Télé Liège:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK