Liège: "De chair et d'acier", une expo didactique sur les travailleurs du feu

L'exposition se tient au Mamac jusqu'au 3 novembre.
L'exposition se tient au Mamac jusqu'au 3 novembre. - © Affiche expo

En cette période cruciale où les outils industriels, en Wallonie et en Flandre, apportent leur lot de déconvenues et où les pertes d'emploi se comptent par milliers, le PAC, Présence et Actions Culturelles, présente au Musée d'art moderne de Liège une exposition didactique sur les travailleurs du feu.

"De chair et d'acier", c'est son titre, accompagne le spectacle théâtral "L'homme qui valait 35 milliards", de Nicolas Ancion.

"Historiquement, on va découvrir comment est faite la sidérurgie, quelle est la base, quels sont les matériaux" explique Serge Smal, l'un des organisateurs de cette exposition. "Et puis on va avoir l'arrivée sur Liège de John Cockerill. Et alors toute cette révolution industrielle, toute cette industrie sidérurgique qui va complètement transformer Liège mais aussi le sillon Sambre et Meuse".

Loin de sonner le glas de tout un pan de notre histoire, cette expo veut faire comprendre les mécanismes qui ont conduit aux difficultés actuelles dans ce secteur et envisager des pistes pour son avenir et le redéploiement wallon.

"On n'a pas les réponses" poursuit Serge Smal, "et il ne faut pas les attendre dans l'expo, mais on voudrait que les gens sortent en se reposant la question de savoir si on ne peut pas encore garder quelque chose".

L'expo permet également au public de découvrir quelque chose sur sa propre histoire: "Par exemple le fait de savoir comment on fait de l'acier, personne ne le sait ou en tout cas la majorité des gens ne le savent pas. Ils découvrent à quoi ça sert, tout ce que ça a permis de construire chez nous et toutes les conséquences ... Les universités, les hautes écoles, les écoles techniques sont souvent issues par exemple de cette industrie sidérurgique. Il fallait une main d’œuvre qualifiée pour travailler. Et donc la transformation de la Wallonie, du pays, s'est faite en partie grâce à la sidérurgie".

L'exposition est entrée libre et se tient au Mamac jusqu'au 3 novembre.

 

A. Delaunois

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK