Liège: la FGTB dénonce le dumping social devant la tour des finances

Pour un maçon portugais qui travaille en Belgique, l'Europe impose qu'il soit payé au salaire de chez nous. Mais cette directive est rarement respectée. Frédéric Daerden, député socialiste européen: "On le constate sur les chantiers. Dans la pratique, je le constate au niveau de la ville de Herstal, notamment dans le cadre du chantier pour le nouvel hôtel de ville. Il y a des travailleurs étrangers, et nous ne sommes pas contre bien évidemment, mais nous sommes contre le fait qu'ils font concurrence aux travailleurs belges".

Pour la députée Véronique de Keyser, il faut plus de contrôle: "Il y a des fausses fiches de paie qui circulent. Je pense qu'on n'a pas assez de gens et de possibilités de contrôler cette directive".

Le député socialiste Marc Tarabella dénonce le dumping social chez certains sous-traitants: "Les gares de chemin de fer belges étaient nettoyées jusque l'année passée par des ouvriers roumains, illégaux, la nuit, pour 300 euros par mois. On a découvert que c'était une sous-traitance en chaîne de huit entreprises".

Une nouvelle directive européenne prévoit certaines mesures, notamment "que la sous-traitance doit être encadrée, contrôlée, et transparente".

Un dumping social qui, rappelle la FGTB Liège-Huy-Waremme, concerne aussi bien le secteur de la construction que celui du transport, du nettoyage ou des abattoirs.

 

E. Dagonnier

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK