Liège: 54 groupements d'achats alimentaires contre l'AFSCA

manifestation devant l'AFSCA Liège
3 images
manifestation devant l'AFSCA Liège - © rtbf

Les groupes d'achats alimentaires  (GAA) ne veulent pas être sous la coupe de l'AFSCA, l'agence de sécurité et de contrôle de la chaîne alimentaire. Ils l'ont redit ce mercredi matin  à Liège en déposant , dans les bureaux de l'AFSCA, une déclaration commune signée par 54 groupements.

Ces groupements sans but lucratif craignent de voir se généraliser des inspections de l'AFSCA qui leur imposerait des normes trop contraignantes comme aux opérateurs alimentaires classiques.

"Les groupes d'achats alimentaires c'est bon pour l'assiette et pour la santé de celui qui la mange, bon pour les amitiés, bon pour le soutien à l'agriculture paysanne, bon pour la nature car moins de transports, d'emballages et de pollution", déclarent ces groupes .

"Vous voyez on découpe du pain, du fromage , du saucisson , c'est interdit par l'AFSCA", affirme Luce Minet, une des signataires, "il y a déjà eu un contrôle dans un GAA, on craint que cela ne se généralise. Nous on a de la bonne viande, pas celle bourrée aux antibiotiques des grandes surfaces, on n'a jamais eu de problème. C'est avec les aliments des grands distributeurs qu'il y a des intoxications". 

Les GAA se définissent comme des familles élargies pas comme des opérateurs alimentaires : "Nous ne sommes pas des intermédiaires entre producteur et consommateur. Chez nous, c'est collectif, tout le monde participe pour aller chercher les produits puis les redistribuer. C'est comme une grande famille. Pas question qu'on entre chez vous tout contrôler quand vous cuisez vos steacks , c'est la même chose pour nous. C'est une violation de domicile. Si l'AFSCA commence à venir nous imposer toutes sortes de règles comme des sols carrelés etc la plupart des GAA devront tout arrêter".

Du côté de l'AFSCA, on s'étonne de la méthode puisqu'une réunion est prévue le 23 novembre. On réfute aussi les accusations
"S'il n'y a pas de but lucratif, ni de production propre et qu'un responsable du groupement est clairement mentionné, l'enregistrement à l'AFSCA n'est pas nécessaire.  Pas d'enregistrement, pas de contrôle sauf en cas de plainte. Nous ne sommes pas là pour empêcher des initiatives citoyennes au contraire", affirme le porte parole de l'Agence qui attire cependant l'attention "il y a eu voici peu de temps une intoxication d'enfants dans une crèche où apparemment c'est un fromage artisanal qui a posé problème. Nous sommes là pour éviter les soucis". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK