Liège : des visiteurs nus découvrent l'exposition de sculptures réalistes à La Boverie

C’est par les vestiaires que commence la visite. Ce mercredi soir, au musée de La Boverie à Liège, plus de 300 Belges, Français et Hollandais ont visité l’exposition "Hyperrealism sculpture" dans leur plus simple appareil. Il s’agissait de la première visite nue ouverte au grand public dans ce musée.

Harmonie entre visiteurs et œuvres

L’exposition représente des corps plus vrais que nature. Une visite dénudée paraissait donc tout à fait naturelle aux yeux des visiteurs… "On est en communion avec les sculptures", explique Jean-Luc, venu spécialement de Paris pour l’évènement. "On vit mieux l’évènement en fait", ajoute-t-il. Un sentiment partagé par Stéphane, lui aussi venu de France: "Il y a comme un mimétisme. Certaines œuvres sont tellement réelles qu’on pourrait s’asseoir à côté et discuter avec. Il y a une continuité entre leur nudité et la nôtre. C’est une sorte de partage".

"On se sent proches des statues"

Un partage et même, une participation active à la création d’une œuvre, selon Anne, qui déambule dans l’exposition : "J’ai l’impression d’être actrice et spectatrice à la fois de l’œuvre d’art", dit-elle. Quelques mètres plus loin, Guy observe une statue d’une vieille dame qui tient un enfant entre ses mains. "On se sent vraiment plus proches des statues", nous confie-t-il.

Dynamiser le naturisme

L’exposition rejoint également les valeurs du naturisme. "Ici, c’est convivial", explique Vianney Waeles, responsable Wallonie de la Fédération belge de naturisme. " Ici, il y a le respect de tous, on retrouve les corps tels qu’ils sont, et non pas comme on les stigmatise. Donc tout était réuni pour organiser une visite naturiste. On essaye de dynamiser le naturisme en Belgique depuis quelque temps, et on a une certaine demande auprès de nos membres… Donc on s’est dit : c’est l’occasion de le faire !"

"Ça répond à une demande"

Du côté des organisateurs de l’exposition, on se réjouit de ce succès. "Cette idée de visite naturiste nous a été proposée par un influenceur liégeois qui voulait comparer son corps et celui de ses followers, aux corps des sculptures", explique François Henrard, directeur de projet chez Tempora. "Donc on a essayé une fois, et suite à ça on a été contacté par plein de gens et on a organisé cette visite. Et quand on voit le succès on se rend compte que ça répond vraiment à une demande. Car il y a aussi des visiteurs qui se sont mis à nu pour la première fois !"

Une expérience si concluante que l’organisation d’une nouvelle visite nudiste n’est pas à exclure.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK