GSK Pharma : syndicats et direction se rencontreront jeudi après-midi

Ce n’est pas la première restructuration de la firme. GSK s’était séparée de 70 délégués commerciaux en 2009, pour les mêmes raisons.
Ce n’est pas la première restructuration de la firme. GSK s’était séparée de 70 délégués commerciaux en 2009, pour les mêmes raisons. - © Belga

La mauvaise nouvelle a été annoncée lundi en conseil d'entreprise : 45 emplois sur 310 sont menacés. La procédure Renault de licenciement collectif a été enclenchée. L’explication avancée par la direction? Un marché de plus en plus concurrentiel. Syndicats et direction devraient se voir ce jeudi pour entamer la phase d'information prévue par la loi Renault.

GSK pharma, à ne pas confondre avec GSK bio. D'un côté, on trouve le secteur bio qui produit les médicaments et les vaccins à Rixensart et Wavre, avec 8000 personnes. Et puis de l'autre, le secteur pharmaceutique qui commercialise la production auprès des médecins.

C'est donc cette seconde branche qui est touchée aujourd'hui par cette restructuration. 45 postes de commerciaux sont menacés sur un total de 310.

Pour expliquer sa décision, la direction avance le fait que le brevet de plusieurs médicaments ou vaccins arrivent à échéance.

Les médicaments génériques font concurrence, et la firme vend donc moins qu'avant.

Conséquences : GSK Pharma a besoin de moins de commerciaux. "Le générique est une excellent chose, le seul soucis c'est que les firmes phamaceutiques n'ont pas anticipé les nouvelles molécules pour pouvoir organiser leur situation et leur fonction dans le marché", explique Pascal Strube, permanent SETCA en Brabant wallon. 

La décision de licencier a été annoncée par la direction en conseil d'entreprise à la surprise des syndicats : "On pressentait un petit peu la situation mais absolument pas l'annonce qui a été faite, comme ça à froid, dans un conseil d'entreprise tout à fait conventionnel. Et pas maintenant pendant les élections sociales évidemment".

Ce n'est pas la première restructuration dans ce secteur puisque la firme s'était déjà séparée de 70 délégués commerciaux en 2009, pour les mêmes raisons.
 
Syndicats et direction se rencontreront ce jeudi après-midi pour débuter officiellement la phase d’information prévue dans le cadre de la loi Renault sur le licenciement collectif. On imagine que la question d’un possible reclassement interne sera alors posée.
 
Sébastien Remacle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK