Lessines : Flint a fermé définitivement ses portes il y a deux jours

L'usine Flint, à Lessines, produisait de l'encre pour la presse écrite.
L'usine Flint, à Lessines, produisait de l'encre pour la presse écrite. - © Google Street View

L'usine produisait de l'encre pour la presse écrite. Il y a trois mois, le groupe annonçait son intention de stopper ses activités sur le site lessinois. Après avoir négocié les indemnités de licenciement, les 69 travailleurs ne franchiront plus les grilles de l'usine. Ils ont été officiellement licenciés ce mardi.

Philippe Delvaux était cariste depuis 24 ans dans l'usine. Il aurait bien sûr préféré garder son travail mais il estime que les conditions de départ sont très correctes.

Les négociations sociales avec la direction locale de Flint se sont déroulées dans un bon climat. Sans grève, ni débordement, insiste Philippe Delvaux. "Au sein du groupe, on avait quand même une réputation d’usine avec des têtes dures, des têtus, raconte Philippe Delvaux. Lors de la première assemblée générale, les syndicats ont proposé une autre solution que les grèves ou autres : c’est-à-dire continuer le travail au ralenti et montrer à ces gens que nous avions envie de garder notre emploi. Que, malgré la fermeture, nous étions des gens respectueux."

Prouver qu’ils étaient capables de "gérer la situation autrement qu’en cassant et en séquestrant", tel est le message qu’ont voulu faire passer les travailleurs. Arriver à certaines choses sans passer par des extrêmes.

Même son de cloche côté syndicats : les négociations sociales se sont passées dans un bon climat et les conditions de départ accordées par la direction sont jugées très correctes.

Une dizaine d'ouvriers ont déjà retrouvé du travail dans la région. Les autres seront épaulés dans leur recherche d'emploi pour une cellule de reconversion.

Jérémy Giltaire

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK