Quelles sont les villes et communes hainuyères bénéficiaires de subsides "Communes pilotes Wallonie Cyclable"?

Illustration
2 images
Illustration - © PxHere

Le gouvernement wallon a adopté ce jeudi une liste des Villes et communes sélectionnées à la suite de l’appel à projets "Communes pilotes Wallonie Cyclable".

Pour la Province de Hainaut, les communes sélectionnées sont Comines-Warneton, Mouscron, Tournai, Frasnes-lez-Anvaing, Ellezelles, Péruwelz, Leuze-en-Hainaut, Ath, Dour, Saint-Ghislain, Enghien, Mons, Soignies, Braine-le-Comte, Le Roeulx, Seneffe, La Louvière, Estinnes, Binche, Courcelles, Les Bons Villers, Lobbes, Fontaine l’Evêque, Charleroi, Fleurus, Thuin et Ham-Sur-Heure-Nalinnes.

Les montants pour ces communes vont de 150.000 euros pour les petites entités de moins de 6.500 habitants, comme Lobbes et Ellezelles par exemple. Ils atteindront 1,7 million pour les villes les plus peuplées, comme Mons, La Louvière et Charleroi.

Pour les communes intermédiaires, les subsides sont également fonction du nombre d’habitants : avec une population d’environ 8000 habitants, une commune comme Estinnes bénéficiera ainsi d’un subside de 300.00 euros comme Leuze-en-Hainaut et Enghien qui en comptent, elles près de 14.000 mais qui se trouvent dans la même tranche.

Des villes comme Courcelles (32.000 habitants), Binche (34.000 habitants), ou Tournai (148.000 habitants) bénéficieront d’une enveloppe de 1.200.000 euros. Impossible de citer ainsi les subventions de chaque commune mais le taux d’intervention de la Région s’élèvera à 80% du montant des travaux, le financement complémentaire étant apporté par la commune elle-même.

Pour l’ensemble de la Wallonie, l’administration avait reçu 173 candidatures. Les dossiers recevables ayant obtenu au moins la moitié des points ont été sélectionnés, ce qui représente un total de 116 communes, pour un subside global de 61,2 millions d’euros, soit 21,2 millions de plus que l’enveloppe initialement prévue, selon un communiqué du ministre de la Mobilité Philippe Henri (Ecolo).

"L’objectif est d’élaborer dans ces communes une véritable stratégie de développement de l’usage du vélo au quotidien, à travers un réseau structurant qui relie différents pôles d’attractivité (gare, commerces, zoning, administration, hôpital, école, etc.)", a précisé le ministre Ecolo.

Un deuxième appel à projets est en gestation.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK