Les vestiges médiévaux près de la Bourse sont-ils menacés ?

Les vestiges du couvent franciscain vu de la verrière
3 images
Les vestiges du couvent franciscain vu de la verrière - © rtbf

Dans le cadre du projet de réaménagement de la Bourse en temple de la bière, un volet concerne ces vestiges. La verrière dans la petite rue adjacente devrait être enlevée au profit d'une dalle percée à plusieurs endroits pour conserver une vue sur ces ruines tout en favorisant le cheminement. Quant à l'accès à ce musée, il devrait se faire par les sous-sols de la Bourse. Sauf que ces aménagements entraîneraient la démolition de certaines parties des vestiges.

Pour accéder à ces vestiges via les sous-sols de la Bourse, certains murs qui datent du treizième siècle doivent être partiellement démolis. " De la manière dont les dossiers étaient présentés, on pouvait penser que ça n’entraînait aucune destruction dans les vestiges " explique Isabelle Pauthier, directrice de l'Arau, l'Atelier de Recherche et d'Action Urbaines. " En réalité, le projet propose de percer de grandes brèches, des passages. Et ça, c’est légalement inadmissible. En fait, le projet, au contraire de valoriser, porte atteinte à l’intégrité du site ". C'est ce qu'indique aussi un rapport de la Société Royale d'Archéologie de Bruxelles. Un rapport très défavorable à l'approche de la Ville publié en 2014 et qui, selon l'Arau, n’a été mentionné dans aucun des dossiers à l’enquête publique et n’a reçu aucune publicité.

Plus attractif, plus accessible

A la Ville, le cabinet du Bourgmestre Philippe Close, qui gère le dossier du Beer Temple, ne nous a pas répondu. Du côté de la Direction des Monuments et Sites, on assume et on indique n’avoir jamais voulu cacher ce rapport. " Il a fallu trancher " précise Ann Degraeve, responsable du département Archéologie. " Les archéologues avaient envie de tout garder mais dans la réalité, ce n’est pas possible. Si on veut rendre ce site plus accessible, et notamment aux personnes à mobilité réduite, il faut faire certaines concessions. Il faut faire en sorte que les gens puissent circuler avec toute la sécurité nécessaire. Ce programme muséographique le rend enfin accessible. Et donc pour ça, il faut effectivement faire quelques percements ".

La Ville espère ainsi attirer davantage de visiteurs dans ce musée relativement méconnu et actuellement très peu souvent ouvert. On ignore pour l'instant la date du début des travaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK