Les verres dans les discothèques, "ce sont des armes qui déchirent"

Les verres dans les discothèques, "ce sont des armes qui déchirent"
Les verres dans les discothèques, "ce sont des armes qui déchirent" - © LOIC VENANCE - AFP

Faut-il exclure les verres en verre dans les boîtes de nuit? "Oui", défend Frédéric Rouvez qui milite pour l'introduction de verres en carton ou plastique recyclable. En décembre dernier, son fils a été agressé au visage dans une discothèque bruxelloise avec un verre brisé. Depuis, Frédéric Rouvez a réussi à convaincre 3 discothèques d'abandonner le verre.

"Quand je suis arrivé aux urgences avec mon fils, l'infirmière en chef m'a dit qu'elle voyait ça tous les week-ends", raconte Frédéric Rouvez. "Le verre mal utilisé est une véritable arme dans les mains de certains, qui ont parfois perdu le contrôle d'eux-mêmes sous l'effet d'alcool consommé de façon abusive. En se brisant, le verre déchire la peau ou crève un oeil. Par rapport à un coup de poing ou un coup de bâton, c'est beaucoup plus dangereux." D'autant que, ajoute-t-il, "le verre n'est pas indispensable". 

Comme alternative, "les discothèques préfèrent le plastique réutilisable au carton", explique-t-il, " c'est un plastique similaire à celui déjà utilisé à Bruxelles dans certains festivals. Leur matérialité se rapproche du verre et ça permet de concilier l'envie d'un élément un peu luxueux et la sécurité qu'on essaie de défendre". 

Aujourd'hui, le fils de Frédéric Rouvez garde toujours les séquelles de cette agression: 14cm de cicatrices. "Ce qui est arrivé à mon fils est arrivé, mais si on peut éviter à d'autres familles de vivre ce drame, faisons-le," conclut-il. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK