Les trottinettes électriques de Flash et de Lime débarquent à Namur

Selon le principe du "free floating, l'usager peur laisser la trotinette où il veut dans la zone couverte par l'opérateur, si possible pas au milieu du trottoir
Selon le principe du "free floating, l'usager peur laisser la trotinette où il veut dans la zone couverte par l'opérateur, si possible pas au milieu du trottoir - © RTBF - Flou

Deux sociétés, Flash et Lime, ont déployé ce jeudi une flotte de trottinettes électriques dans la capitale wallonne. Difficile de les louper, elles sont un peu partout dans le centre-ville : devant la gare, autour de l’université, dans la rue de l’Ange, sur la place d’Armes, etc. Les 150 trottinettes « lâchées » dans Namur fonctionnent comme à Bruxelles ou Louvain-la-Neuve, sur le principe du « free floating ».

« Il faut télécharger l’appli sur son smartphone ; grâce à la géolocalisation, les trottinettes disponibles dans le voisinage apparaissent sur l’écran, explique Maximilien Hubot, manager de Flash. Ensuite, l’utilisateur doit encoder un numéro de carte de crédit et scanner un QR code sur la trottinette pour la déverrouiller et entamer son parcours. »

Quinze centimes la minute

Les deux sociétés qui s’installent à Namur pratiquent le même tarif : un euro de forfait pour la prise en charge + 15 centimes la minute. Une fois à destination, l’usager peut abandonner sa trottinette où il veut dans la zone délimitée par l’application. « Pas au milieu du trottoir, insiste Benjamin Barnathan, manager de Lime. » Les deux sociétés ont signé une charte avec la ville de Namur pour favoriser une cohabitation pacifique avec les autres usagers de l’espace public.

Pour interrompre la location et verrouiller la trottinette, l’usager doit scanner à nouveau le QR code et faire une photo de l’endroit où il la laisse. Ce qui permet aux opérateurs de vérifier que la trottinette n’encombre pas la voie publique.

Des chasseurs de trottinettes à Namur

Les deux opérateurs ont passé un contrat avec un sous-traitant local pour la fonction de « hunting » : surveiller, récupérer et regrouper la flotte. Pour les trottinettes Flash, c’est le Coursier wallon, un service de livraison à vélo, qui assumera cette tâche durant le premier mois à l’essai. « Nous avons équipé un de nos vélos d’une remorque capable de charger jusqu’à 8 trottinettes à la fois, explique Jérôme Robert. Notre mission c’est de surveiller le parc et de ramasser les trottinettes qui sont tombées, qui encombrent la voie publique ou dont la batterie est tout simplement déchargée. »

L’autonomie des trottinettes est d’environ 50 km. Mais comme le montrent les premières statistiques obtenues dans les autres villes comme Bruxelles, la distance moyenne d’un trajet est d’1,2 kilomètres.

 

 

 

"Clé de l'info" sur les trottinettes électriques par Elisabeth Groutars, dans notre JT

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK