Les Trappistes de Rochefort menacées par l'extension d'une carrière ?

La célèbre bière Trappistes est-elle menacée par l'extension de la carrière de la Boverie ?
La célèbre bière Trappistes est-elle menacée par l'extension de la carrière de la Boverie ? - © Flickr - Smabs Sputzer

Le projet d'extension de la carrière calcaire de la Boverie, dans la région de Rochefort, pourrait avoir un impact sur la nappe phréatique, une réserve d'eau utilisée par les moines de l'abbaye Saint-Remy de Rochefort, pour produire les célèbres bières Trappistes. Lors d'une conférence de presse, l'abbaye annonce qu'elle s'oppose fortement au projet d’extension de l'entreprise Lhoist.

L'exploitant de la carrière vient d'introduire une demande pour creuser plus profondément dans le sol, car si rien n’est entrepris, les réserves autorisées ne permettront pas d'aller au-delà de 2023. Par conséquent, pour pérenniser l'activité et donc aussi la centaine d'emplois du site, il faut descendre plus bas.

Mais le niveau de la nappe phréatique est un obstacle et les moines Trappistes, qui se servent de l'eau pour produire l'une des bières les plus célèbres au monde, ne cachent pas leur inquiétude.

Le carrier veut rassurer. Il rappelle que, ces quatre dernières années, il a réuni les meilleurs professionnels pour avancer sur le projet.

L'Abbaye Notre-Dame de Saint-Remy s’oppose au projet d’extansion de Lhoist

Les moines Trappistes ont organisé une conférence de presse, ce mardi matin. Ils annoncent leur ferme intention de s'opposer au projet d'extension "car cela signifie que la source Tridaine, dont l'abbaye est propriétaire depuis 1833, sera définitivement tarie. Or cette eau de source, si pure qu'elle n’a pas besoin d'être traitée, est un ingrédient indispensable au brassage des trois types de bières trappistes de Rochefort produites par l’abbaye. De plus, la ville de Rochefort elle-même se verrait privée de cette eau de qualité, que l'abbaye lui fournit gratuitement depuis 1892, à raison d’environ 400 000 m3 par an".

L'abbaye ajoute, qu'en approfondissant sa carrière, l'industriel Lhoist romprait une convention signée en 1984, par laquelle la compagnie s'engage à ne pas descendre sous la cote altimétrique de 220 mètres afin de préserver la source de Tridaine.

L'abbaye Notre Dame de Saint-Remy demande expressément aux autorités wallonnes "de traiter le dossier en tenant compte de l'impact des travaux envisagés par l'industriel : "Tarissement d'une source exceptionnelle, augmentation des coûts de distribution d'eau pour l'Abbaye et la ville de Rochefort, altération d'une bière artisanale à la renommée mondiale".

Philippe Henry sera " très attentif "

Dans un communiqué, le ministre de l'Aménagement du territoire tient à rappeler qu’il sera "très attentif à la défense d’un patrimoine culturel important qu’est la source utilisée pour la production des Trappistes de Rochefort". Et que, pour lui, il est hors de question de mettre en péril une activité locale vieille de 500 ans et pourvoyeuse d'emplois.

Le ministre attend, dans les prochaines heures, le projet de texte de création d’une zone de protection de la source de Tridaine qu’il a commandé à l’administration wallonne. S’ensuivra une enquête publique sur ce projet et un arrêté de protection définitif pourra être adopté.

RTBF

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK