Les tests des cuves de Doel 3 et Tihange 2 prolongés jusqu'à l'automne

Des cuves où des microfissures avaient été détectées à l'été 2012, ce qui avait d'ailleurs provoqué un premier arrêt de ces 2 réacteurs
durant près d'un an. Dès leur relance, des tests complémentaires ont été réalisés à la demande de l'agence fédérale de contrôle nucléaire. Et nouvelle tuile, les résultats n'étaient pas ceux espérés par Electrabel. Ce qui a donc entrainé un nouvel arrêt fin mars de cette année, et nécessité une nouvelle batterie de tests. Et c'est ce programme d'essais mécaniques, réalisé avec des experts nationaux et internationaux, qui se révèle plus complexe que prévu. D'où ce nouveau contretemps.

Quel impact sur l'emploi et l'approvisionnement en électricité?

Concernant l'emploi, la FGTB estime que cela n'aura pas d'impact sur les travailleurs statutaires, mais bien sur les nombreux sous-traitants. Quant au fait que la Belgique entrera dans l'hiver avec ces 2 réacteurs à l'arrêt, cela pourrait effectivement poser des problèmes d’approvisionnement et obliger le pays à importer une plus grande quantité d'électricité.

GDF Suez, la maison mère d'Electrabel, estime à environ 40 millions d'euros par mois le coût de cet arrêt prolongé des 2 réacteurs.

Marc Hildesheim

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK