Les subsides au Festival du Film d'Amour de Mons suspendus: "On oublie que le FIFA est une structure fragile"

Maxime Dieu, à droite, espère que l'enquête sur André Ceuterick (à gauche), ne nuira pas au festival.
Maxime Dieu, à droite, espère que l'enquête sur André Ceuterick (à gauche), ne nuira pas au festival. - © Tous droits réservés

Maxime Dieu, programmateur du FIFA (Festival International du Film d'Amour de Mons) a commenté ce lundi la décision de la ministre de la Culture Alda Greoli de suspendre toutes les subventions du festival dans l'attente d'un rapport de son administration sur les agissements de son délégué général André Ceuterick.

"Je trouve qu'il y a un manque de précautions pour le personnel et les valeurs du festival.  Dans cette affaire, on a oublié qu'il y avait une activité culturelle, une ouverture au monde. C'est l'un des festivals de cinéma les plus importantes de Wallonie. Il a 34 ans d'existence.

Je ne m'exprimerai pas sur la gestion comptable du festival, ce n'est pas mon rôle. Mais, en tant qu'employé du FIFA, j'ai l'impression d'évoluer au sein d'une structure saine. Il ne faut pas oublier que le FIFA et le cinéma Plaza Art à Mons sont des structures fragiles, comme toutes les structures culturelles."

Si la Fédération Wallonie-Bruxelles confirme sa décision de retirer ses subsides pour 2018, cela compromet-il l'organisation du FIFA 2018 ? "Je ne peux pas répondre à cette question, mais en tout cas, moi, j'ai très envie de faire le festival en 2018".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK