Les sport-études en Fédération Wallonie-Bruxelles attirent de plus en plus

Les sport-études ont commencé à fleurir avec l'arrivée du "rénové" dans les années 1980. Il s'agit, en fait, d'une option dans le cursus secondaire dit "technique de transition". Autrement dit, l'école peut consacrer un certain nombre d'heures à l'entrainement sportif mais doit, par ailleurs, proposer un nombre de cours généraux qui permettent aux jeunes de poursuivre dans les études supérieures. L'option "sport" n'est dès lors pas qualifiante et ne peut mettre réellement l'élève en échec scolaire.

En augmentation tous les ans

Aujourd'hui on recense près d'un millier de jeunes dans les sections "sport-études" de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Tous les ans, ce chiffre augmente. On constate un réel engouement. Pourtant ces options ne mènent à aucun diplôme spécifique. On ne sort pas de ces études secondaires avec un statut de footballeur, de gymnase ou de formateur sportif. Alors, qu'est-ce qui motive les jeunes à se lancer dans pareille aventure?

Des sportifs confirmés mais aussi des débutants

L'Athénée provincial Jean d'Avennes de Mons propose trois options "sport"; le football, l'éducation corporelle et, depuis la dernière rentrée, le rugby. 13 jeunes ont mordu à l'hameçon en troisième et cinquième technique de transition. Ils suivent 24 heures/semaine de cours généraux et s'entrainent au moins 7 heures sur le terrain de rugby de Frameries dont le club est partenaire. Même si certains n'ont jamais touché un ballon ovale avant d'intégrer la section, la plupart de ceux-ci jouent en club depuis bien longtemps. Même constat dans la section "cyclisme" de l'école de la Garenne de Charleroi. Elle existe depuis 25 ans et s'adresse autant aux coureurs confirmés qu'aux débutants.

Perfectionner les capacités individuelles

L'idée n'est pas de fabriquer des champions sportifs mais plutôt de permettre à des jeunes qui pratiquent ou veulent pratiquer un sport de se perfectionner. Pas question, pour les écoles, de se substituer aux clubs sportifs, le but est de perfectionner les capacités individuelles des jeunes pour qu'ils continuent à s'épanouir dans leurs sports une fois de retour en clubs. Bien sûr, dans un petit coin de la tête de ces jeunes sportifs, se nourrit souvent l'envie d'un avenir professionnel dans leur discipline mais la plupart d'entre-eux restent réalistes et conscients du chemin qu'il faut parcourir.