Les soignants de la clinique du MontLégia jettent leurs gants

Ce matin, devant la clinique du MontLégia à Liège, deux actions de mécontentement du personnel étaient organisées. L'une était encadrée par les organisations syndicales et l'autre par des infirmiers-chefs de service. Ces derniers avaient imaginé les funérailles des "soins de santé". Un cortège funèbre s'est déplacé au pied de l'hôpital et était suivi par un nombre important de travailleurs du CHC.

3 images
L'action symbolique était organisée par des infirmiers-chefs du CHC. © Marc Mélon - RTBF

Un plan de relance

Julien Delaunois, infirmier au service des soins intensifs, explique: "La charge de travail est de plus en plus compliquée. Les collègues sont fatigués notamment à cause de la pandémie. Il y a une surcharge de travail et une surcharge émotionnelle. Nous avons besoin d'un plan de relance de notre système de soins de santé pour garantir la qualité des soins dans nos hôpitaux et de manière générale".

Pas d'infirmiers sur le marché

Yannick Hansenne, infirmier-chef de service aux soins intensifs, poursuit: "Il faudrait engager parce que nous manquons de personnel. Il y a eu un financement pour pouvoir engager mais il n'y a pas de personnel. Il n'y a pas d'infirmiers sur le marché. Il faut que le gouvernement fasse quelques chose. Les jeunes doivent se tourner vers cette profession. La situation est extrêmement préoccupante. Dans mon service, il manque six personnes pour pouvoir travailler correctement. Cela met en péril la qualité des soins pour tout le monde. Ce n'est pas qu'au CHC. C'est partout la même chose".

Le personnel dit "STOP"

Au CHC, le syndicat chrétien est massivement représenté. Nicolas Cahay, secrétaire permanent, explique: "Il y a 400 millions sur la table depuis le 1er janvier 2021 et aujourd'hui, il n'y a toujours pas d'engagement. Le personnel en a assez et dit "STOP" surtout que l'activité a recommencé. Les services "covid" se ferment. Il y a eu du retard dans les opérations, les agendas sont surchargés pour récupérer le retard mais il n'y a pas de personnel. Rien que pour le MontLégia, on parle de 67 équivalents temps plein". 

Pour la CNE, "la mobilisation est historique. A tel point que les employeurs doivent réquisitionner le personnel pour assurer la continuité des services. 132 réquisitions sont dénombrées pour le CHC MontLégia", conclut Nicolas Cahay.

3 images
Une danse chantée était organisée par le syndicat chrétien. © Marc Mélon - RTBF

Reportage de notre journal de 13h :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK