Peste porcine africaine: les sentiers en forêt gaumaise bientôt rouverts aux promeneurs

Les sentiers en forêt gaumaise bientôt rouverts aux promeneurs
2 images
Les sentiers en forêt gaumaise bientôt rouverts aux promeneurs - © Tous droits réservés

Les sentiers étaient fermés depuis l’apparition de la peste porcine africaine il y a six mois.

Le ministre wallon de l’Agriculture, de la forêt et du tourisme, René Collin vient d’annoncer cette nouvelle lors de l’enregistrement d’un débat sur TV Lux, débat consacré à cette crise.

A partir du samedi 6 avril, premier jour des vacances de Pâques, les touristes pourront donc à nouveau se balader sur les chemins en forêts. Mais attention à certaines conditions strictes comme celle de ne pas quitter les chemins.

Une mesure qui réjouit évidemment le secteur du tourisme mais qui en inquiète d’autres. La Fédération wallonne de l’agriculture craint elle que le virus ne se propage suite à cet accès à nouveau autorisé aux touristes.

Tourisme en Gaume impacté par la peste porcine (16 février 2019)

Zones adaptées après la découverte de nouveaux cas

Par ailleurs, le gouvernement wallon a approuvé un arrêté modifiant différentes mesures temporaires de lutte contre la peste porcine africaine après la découverte de carcasses positives en zone d'observation renforcée dans la forêt de Chiny.

Concrètement, la zone tampon reprend désormais une partie de la forêt de Chiny et représente une superficie de 59 797 ha. Au nord de cette extension, la zone d'observation s'agrandit de 6664 ha et la zone de vigilance s'étend sur 10 530 ha supplémentaires, précise le ministre wallon de la Forêt, René Collin (cdH).

L'intégration de territoires de chasse en zone d'observation renforcée ou en zone de vigilance implique, pour leurs titulaires, de mener des opérations de destruction des populations de sangliers. Ces derniers devront être acheminés, "dans le respect des mesures de biosécurité, vers un centre de collecte afin de procéder aux analyses nécessaires. Quant aux opérations de destruction menées dans les territoires de chasse qui passent en zone tampon, elles seront dorénavant sous le contrôle de l'administration", ajoute-t-il.

A l'heure actuelle, 1994 sangliers ont été analysés et 694 carcasses se sont révélées positives au virus de la peste porcine africaine.