Bruxelles: les sans-papiers afghans évacués de leur squat par la police

Les Afghans ont été délogés de leur squat rue du Trône
4 images
Les Afghans ont été délogés de leur squat rue du Trône - © RTBF

Les 400 ressortissants afghans qui occupaient depuis une vingtaine de jours un bâtiment désaffecté de la rue du Trône, à Ixelles, ont été évacués par la police jeudi après-midi, vers 16h00, à la suite d'une décision judiciaire. Un huissier de justice était présent sur les lieux.

L'expulsion s'est déroulée sans le moindre incident, a indiqué la police de Bruxelles-Capitale Ixelles dans un communiqué. La police explique avoir été requise par huissier de justice afin d'exécuter un jugement judiciaire à la demande du propriétaire de l'immeuble, sis rue du Trône numéro 127.

Au total, 300 personnes ont été priées de quitter l'immeuble. "Ils ont eu tout le temps de prendre leurs effets personnels. Des effets des personnes absentes ont été pris en charge par les services communaux de la commune d'Ixelles et ils sont tenus à disposition des personnes désirant les récupérer. Les familles avec enfants mineurs se sont vues proposer un hébergement", précise encore la police, tout en soulignant qu'"à aucun moment il n'y a eu des incidents."

La soixantaine d'enfants et leurs familles expulsés du bâtiment désaffecté seront relogés par le CPAS d'Ixelles pour une durée d'un mois, a indiqué la responsable du service social du CPAS d'Ixelles, Françoise Verheyden.

"Cela ne résout rien"

"Une expulsion avec autant de police, autant de développement de moyen c'est évidemment assez traumatisant pour les enfants", estime Bernard De Vos, délégué aux Droits de l'enfant.

Ces familles seront accueillies pendant un mois, il est question de faire appel à Fedasil pour l'hébergement, le temps que leur situation soit examinée par l'Office des étrangers.

Mais cela ne règle rien au problème estime Frédérique Mawet directrice du Ciré, "ça ne résout rien sur le fond, ça ne résout rien à la situation de toutes ces familles qui sont ici et ne sont pas expulsées puisque l'on reconnait quand même la situation de très très grande insécurité au pays. On peut les sortir de ce bâtiment, les expulser mais cela ne change rien à la situation de fond".

LDH : une expulsion illégale

L'expulsion, jeudi après-midi, des près de 400 ressortissants afghans qui occupaient depuis une vingtaine de jours un bâtiment désaffecté de la rue du Trône, à Ixelles, est illégale, estime le président de la Ligue des droits de l'Homme, Me Alexis Deswaef.

Celui-ci souligne que le 10 septembre dernier, le Samu social bruxellois, représenté par l'avocat Marc Uyttendaele, a déposé devant le tribunal une requête unilatérale d'expulsion. Or, la convention d'occupation précaire conclue entre le Samu social et le propriétaire du bâtiment, une société flamande, a été rompue mercredi. Le Samu social a annoncé mercredi dans la soirée qu'il renonçait à utiliser son bâtiment de la rue du Trône.

"L'huissier de justice a procédé à l'expulsion des occupants afghans du bâtiment au nom du Samu social alors que ce dernier n'a plus aucun droit sur le bâtiment", conclut dès lors Alexis Deswaef, pour qui la décision d'expulsion a été basée sur une ordonnance caduque. Selon le président de la Ligue des droits de l'Homme, l'évacuation est donc illégale.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir