Les routes du Hainaut sont les plus meurtrières de Belgique

Les routes du Hainaut sont les plus meurtrières de Belgique
Les routes du Hainaut sont les plus meurtrières de Belgique - © MICHEL KRAKOWSKI - BELGA

Après un premier semestre marqué par un nombre en forte hausse de personnes tuées sur les routes belges, le troisième trimestre 2019 a connu des jours "meilleurs", d’après le baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias publié mardi. L’été 2019 a été moins meurtrier de 3% par rapport à l’été 2018, mais cela ne suffira pas à rattraper un premier semestre particulièrement meurtrier.

Pour le ministre de la Mobilité François Bellot (MR), "il est d’ores et déjà acquis que le nombre de tués sur les routes sera en hausse en 2019". Sur les 9 premiers mois de l’année, le nombre de tués a augmenté de 17% par rapport aux 9 premiers mois de 2018 : 372 décès contre 319. Le constat est encore plus sévère pour le Wallonie selon ce baromètre. "Il y a plus de tués sur les routes wallonnes que sur les routes flamandes, alors qu’il y a plus d’habitants en Flandre", explique Benoit Godart, porte-parole de l’institut Vias.

Nombre d’accidents en baisse, nombre de tués en hausse

L’un des paradoxes de cette étude est le nombre d’accidents en baisse, contrairement au nombre de tués. Le nombre d’accidents atteint même un niveau plancher à 27.700 accidents sur les 9 premiers mois de l’année. "Cela s’explique par le fait que les accidents ont été beaucoup plus graves et mortels cette année, détaille Benoit Godart, porte-parole de Vias. D’une part, les cyclistes ont impliqué dans de nombreux accidents avec des véhicules motorisés ce qui donne toujours des accidents plus graves. D’autre part, le nombre d’accidents avec des camions a également augmenté. La gravité d’un accident avec un camion est toujours multipliée par deux. Enfin, la vitesse a également joué un rôle dans certaines provinces, comme en Province du Luxembourg."

L’augmentation du nombre de tués enraille une série de 7 baisses consécutives ces dernières années. "Sur ces 10 dernières années, le nombre de tués est en baisse de 40%, mais 2019 sera vraiment un coup d’arrêt", analyse Benoit Godart.

Le Hainaut meurtrier

Parmi toutes les provinces belges, c’est celle du Hainaut qui est la plus meurtrière avec 63 tués (+11 par rapport à 2018) sur la Province, c’est plus que n’importe quelle autre province flamande, pourtant plus peuplées. L’une des explications est à trouver du côté de l’infrastructure cyclistes, selon Benoit Godart. "On voit dans le Hainaut qu’il y a beaucoup de cyclistes tués (5 en 2019 contre 1 en 2018, ndlr), en particulier autour des grandes villes comme Tournai, Mons ou Charleroi. Ces victimes sont probablement des cyclistes qui prennent le vélo pour aller au travail, mais qui doivent emprunter des routes limitées à 90 km/h sans piste cyclable. En Flandre, cela n’existe pas. Il va falloir améliorer l’infrastructure cycliste dans les prochaines années en Wallonie pour éviter ces conflits entre voitures et cyclistes sur la chaussée."

En Wallonie, 15 cyclistes ont perdu la vie sur les 9 premiers mois de 2019 contre seulement 3 l’année dernière.

L’ensemble de l’étude Vias est à découvrir via ce lien.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK