Les refuges wallons réclament la dissolution de l'unité du bien-être animal wallon, le ministre calme le jeu

Les refuges wallons sont scandalisés: ils viennent d'apprendre qu'après avoir recueilli et soigné de nombreux animaux saisis à Saint-Denis en mars dernier, ils allaient se voir retirer une partie des rescapés pour les donner... à un éleveur-marchand.

Les différentes asbl, réunies ce mardi à Meslin-L'Eveque pour faire entendre ensemble leur voix, jugent cette décision "totalement incompréhensible et totalement scandaleuse d'un point de vue éthique", et estiment qu'elle "pose non seulement question mais fait état d'un incroyable mépris à l'égard des refuges agréés".

Les refuges ont donc annoncé s'unir pour mettre en place un plan d'action en commun "pour contrer cette décision lamentable et réclamer la dissolution de cette administration" (ndlr: l'UBEAW, Unité du Bien-être Animal de Wallonie), "qui révèle maintenant sans fard qu'elle n'est pas au service des animaux".

Le ministre a réagi

Dans l'attente d'une rencontre entre les représentants des refuges wallons et le ministre du bien-être animal prévue ce mercredi, Carlo Di Antonio (cdH) a réagi en milieu d'après-midi.   

Dans un communiqué, sa porte-parole indique que le ministre "vient de donner l’injonction à son Administration de maintenir tous les animaux saisis à Saint-Denis dans les refuges où ils sont soignés".

Le transfert des animaux vers l'éleveur-marchand est donc pour le moment suspendu, en attendant de faire le point sur la situation. Les refuges maintiennent quant à eux leur position: ils ne collaboreront plus avec l'unité tant que le problème n'est pas réglé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK