Les populations vulnérables sont peu sensibles aux messages anti-tabac

Arrêt tabac
Arrêt tabac - © Pixabay - Domaine Public

Depuis quarante ans, la consommation de tabac diminue régulièrement. Par contre, chez les publics vulnérables, les personnes les plus précarisées, le tabagisme ne diminue pas, au contraire. L'Observatoire de la Santé de la Province du Hainaut a mené une grande enquête en 2016 pour comprendre pourquoi la consommation ne diminue pas. Pourquoi ces populations sont peu touchées par les messages de lutte contre le tabagisme ?

Ne pas avoir d'emploi, être parent célibataire, isolé, vivre des situations stressantes, avoir un accès limité aux divertissements sont des facteurs qui augmentent le risque de fumer. Mais au-delà, l'enquête montre que les mesures anti-tabac ne touchent pas les personnes précarisées car elles ne les concernent pas. "L'interdiction de fumer dans l'Horeca ... et bien, quand on a peu d'argent, on sort peu" explique Pierre Bizel de l'Observatoire de la Santé de la Province du Hainaut. Il pointe également du doigt la législation "On sait que le tabac à rouler est très bon marché en Belgique et qu'il est fortement utilisé par les populations fragilisées. Il faudra certainement utiliser le levier de la taxation".

Il faudra également repenser les messages de prévention. "Les messages positifs ont montré leur efficacité". De plus en plus de personnes arrêtent de fumer. "Il faut se focaliser là-dessus. Si elles y sont arrivées, pourquoi pas moi ?".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK