20 mois de prison avec sursis requis contre le député Laurent Louis

Une centaine de personnes devant le Palais de justice de Bruxelles
Une centaine de personnes devant le Palais de justice de Bruxelles - © RTBF

Environ 70 personnes se sont rassemblées mardi midi devant le Palais de justice de Bruxelles en soutien à Laurent Louis, poursuivi devant le tribunal correctionnel. Le député fédéral indépendant est prévenu d'outrage au Premier ministre Elio Di Rupo pour l'avoir traité de pédophile, mais aussi de calomnie et de recel de pièces du dossier Dutroux. Il avait notamment montré des photos des rapports d'autopsie de Julie et Mélissa, victimes de Marc Dutroux. Le parquet a requis 20 mois de prison avec sursis contre le député.

Ce mardi au tribunal correctionnel de Bruxelles, le ministère public a requis une peine de 20 mois de prison avec sursis et une amende de 50 000 euros à l'encontre du député fédéral Laurent Louis. Ce dernier est prévenu d'outrage à l'égard du Premier ministre (qu'il avait traité de pédophile), de calomnies à l'égard de plusieurs personnes ainsi que de recel de pièces du dossier Dutroux.

Le parquet a estimé que toutes les préventions étaient établies à l'encontre du prévenu.

Le président-fondateur du mouvement populiste "Debout les Belges" avait appelé ses partisans à se rassembler pour "venir mettre le feu et l'ambiance (...) et faire du bruit". Une septentaine de personnes ont répondu à son appel. Les policiers encadrent le rassemblement, et ont déjà prévenu qu'ils interdiraient aux manifestants de pénétrer dans l'enceinte du Palais de justice.

"Cette manifestation n'a été ni interdite, ni autorisée, car je n'ai reçu aucune demande d'autorisation, a précisé le Bourgmestre de Bruxelles-Ville Yvan Mayeur (PS). On peut exprimer son opinion à l'égard de la justice. Mais il faut respecter les procédures démocratiques."

Laurent Louis avait déjà tenté d'organiser un Congrès de la Dissidence il y a deux semaines à Anderlecht. Le rassemblement avait été interdit, et les participants ont été dispersés par la police.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK