Thaïlande: les parents de Ludovic Marquis visitent leur fils en prison

Ludovic Marquis est restaurateur à la côte belge et pendant les mois d'hiver, il part traditionnellement quelques mois à l'étranger dispenser des cours de plongée. C'est la deuxième fois qu'il se rendait en Thaïlande et au moment de rentrer, en avril dernier, il s'est rendu compte que son visa était expiré depuis quatre jours. Incapable de payer l'amende, ou de faire régulariser ses papiers, il a maquillé son document, en changeant les dates. C'est ce qui explique son arrestation, à Bangkok, et son emprisonnement. jusqu'ici, son avocat sur place n'a pas pu obtenir le moindre traitement de faveur et le procès n'est pas prévu avant des semaines. Ses parents ont donc quitté Mons cette semaine pour lui rendre visite. Ils l'ont vu pour la première fois hier.

"Il est très amaigri" dit sa maman, encore sous le choc. " Il dit que ça va, pour faire bonne figure devant nous, il a été très surpris de nous voir, mais il a perdu au moins une dizaine de kilos. Heureusement il a été pris en charge médicalement, depuis ses problème de santé, mais il ne tiendra pas comme cela encore pendant des semaines"

Le trajet entre l'hôtel qu'ils occupent à Bangkok et la prison dans laquelle leur fils est détenu dure plus ou moins trois heures. Les parents partent en taxi, puis reviennent à angkok pour se charger des formalités administratives. Dans quelques jours un avocat belge viendra également les rejoindre pour tenter de faire avancer le dossier.

"On a été très stressé par la situation politique, mais très stressé aussi par la situation de notre fils. C'est invivable ce qu'on vit là. Il est enfermé dans des conditions terribles, ils sont 70 en cellule et on l'a dit à l'ambassade, il ne peut plus rester là des mois "

Les parents ont un visa pour deux mois, mais espèrent rentrer avec leur fils avant cela. Ludovic Marquis, lui, semble plus pessimiste. Il a expliqué à ses parents qu'ils risquaient trois ans de prison et qu'il serait sûrement condamné a effectuer un an et demi de prison ferme. Une catastrophe pour le commerce qu'il gère dans un camping de la côte belge.

Manu Delporte

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK