Les parcs bruxellois rouvrent progessivement après la tempête

Les parcs bruxellois rouvrent progessivement après la tempête
3 images
Les parcs bruxellois rouvrent progessivement après la tempête - © Tous droits réservés

Le vent a soufflé ces derniers jours. Et dans les parcs bruxellois, le bilan est impressionnant: 77 arbres déracinés ou brisés et on ne compte plus les branches tombées sur les chemins. Du travail en perspective pour les hommes de Bruxelles-Environnement. Depuis dimanche, les élagueurs s'affairent à sécuriser les sites bruxellois où des arbres menacent toujours de s'effondrer, comme au Bois du Wilder à Berchem-Saint-Agathe.

Rien qu'ici, une quinzaine d'arbres sont tombés depuis la semaine dernière. "Ici, beaucoup de vieux peupliers et des saules surtout ont cassé, explique David Michaux, chef d'équipe à Bruxelles-Environnement. Dans un premier temps, notre travail a été de sécuriser le bois. On a eu l'aide d'entreprises spécialisées et d'élagueurs. Et là, petit à petit, le travail touche à sa fin. "

Situation exceptionnelle

Bruxelles-Environnement parle du bilan le plus lourd de ces 15 dernières années. Sa porte-parole, Pauline Lorbat, parle d'une situation exceptionnelle. "Ici on a la conjonction de deux facteurs. Premièrement il y a eu des vents violents de ces derniers jours avec les fortes rafales qui se sont abattues sur la Région bruxelloise. Deuxièmement, il a énormément plu et les sols de nos parcs sont gorgés d'eau, ce qui fragilise les racines des arbres. Et donc, ils sont plus sensibles au vent."

En tout, 37 parcs ont été touchés et 77 arbres déracinés en Région bruxelloise. La majeure partie d'entre eux ont rouvert mais quatre parcs font toujours l'objet d'une attention particulière. " On a encore quatre parcs fermés. C'est le cas du Bois du Wilder ici, le Parc Duden, le Parc Nestor Martin à Molenbeek et le Parc de Woluwé. " Les trois premiers parcs devraient rouvrir ce mercredi matin. Seul le Parc de Woluwé, le plus touché, devrait rester fermé au moins jusqu'à vendredi matin.

Difficilement valorisable

Si les quantités de bois tombées sont impressionnantes, celui-ci sera difficilement récupérable. "Une partie du bois est récupéré par les sociétés avec lesquelles on travaille, précise Pauline Lorbat. Et pour ce qui concerne le bois traité par les ouvriers de Bruxelles-Environnement, une partie sera broyée. Une autre sera laissée dans les parcs pour la biodiversité, notamment pour les insectes et les petits rongeurs. Et enfin, les plus gros troncs pourront servir de mobilier urbain dans les autres parcs."

Archives: Journal télévisé 12/03/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK