Les parcs à conteneurs accessibles aux PME wallonnes

Depuis le 1er juin dernier, les PME peuvent elles aussi accéder au parc à conteneurs de la région pour évacuer leurs déchets. Il y a cependant des limites, les PME doivent respecter les mêmes règles que le citoyen lambda doivent payer pour accéder au recyparc.

Le principe est tout simple, explique Jean-Jacques de Paoli, le porte-parole de l’intercommunale liégeoise des déchets, Intradel.
"Les déchets doivent être triés avant d’arriver au recyparc, lorsqu’il y a plusieurs fractions bien entendu, respecter les consignes de tri bien entendu aussi, et puis les quantités autorisées sont également limitées à un mètre cube par jour et par commerçant, toutes fractions confondues. Effectivement, il faut, pour ces PME, acheter un droit d’accès, si vous voulez, que nous avons appelé un starter pack, qui est donc de 100 euros hors TVA. Et ces 100 euros, une fois qu’on a extrait 10 euros de frais de gestion annuels, il reste donc 90 euros, et sur ces 90 euros, c’est finalement une carte sur laquelle nous allons ponctionner un certain montant en fonction des fractions et de la quantité de celles-ci qui sont apportées au recyparc. Un exemple: le bois est facturé à 12 euros du mètre cube hors TVA, donc si vous venez avec ces 90 euros sur votre carte pour du bois, vous pouvez venir 7 fois et demie déposer un mètre cube de bois au recyparc."

Modus operandi

Lorsque la carte est terminée, c’est tout simple, il suffit de la recharger. Et les premiers retours sont positifs puisque 65 PME ont payé leur droit d’accès. Il faudra voir dans quelques mois comment ça aura évolué, en n’oubliant pas que l’objectif d’Intradel n’est pas d’attirer un maximum de PME pour générer le plus grand flux possible de dépôts. Priorité aux particuliers. Et c’est d’ailleurs pour cette raison que l’intercommunale n’a pas fait non plus une publicité d’enfer pour le nouveau dispositif PME. Une position que confirme le porte-parole.

"L’objectif d’un recyparc c’est le citoyen, qui est notre premier intérêt finalement puisque ce sont les communes qui nous mandatent, qui vient au recyparc, il doit pouvoir déposer ses déchets et finalement partir relativement rapidement pour qu’il n’y ait pas de temps d’attente qui soient trop importants."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK