Les navetteurs de la ligne Athus-Meuse, sont mécontents

Des problèmes de retard sur la ligne Atjus-Meuse, les navetteurs sont mécontents.
Des problèmes de retard sur la ligne Atjus-Meuse, les navetteurs sont mécontents. - © RTBF

Dans le sud-Luxembourg, les navetteurs de la ligne Athus-Meuse, entre virton et Arlon, se plaignent régulièrement des retards sur le rail.

Au début de la semaine dernière, c'était la neige qui causait des soucis aux nouvelles rames Desiro. Aujourd'hui, la neige a fondu mais des problèmes de ponctualité subsistent toujours.

D'après Michel Ambroise, le Président des Amis du Rail d'Halanzy, les problèmes sont notamment liés aux nouvelles rames Désiro. Et depuis quelques temps, il reçoit beaucoup de plaintes de la part des navetteurs :

"On est contacté régulièrement par les navetteurs mécontents, mais aussi par des parents d'élèves qui n'arrivent pas à l'heure à l'école, et nous on les encourage à porter plainte. On ne peut rien faire d'autre. On a déjà tellement réclamé, on a juste l'impression de ne pas être entendu.

Chaque jour il y a quelque chose et ça n'arrête pas. Avant c'était rare, sur une année il y a avait deux retards ou deux trains supprimés. Aujourd'hui c'est en cascade et cela décourage les gens. on a déjà perdi certainement 50% de navetteurs en un mois. Donc c'est grave, parce que l'avenir de la ligne en dépend. Quand on aura fait le comptage des voyageurs, on en aura vite déduit que ce n'est plus intéressant de continuer. Les navetteurs reprennent la voiture parce que ce n'est pas fiable."

Du côté de la SNCB, on explique qu'il existe  beaucoup de facteurs causant certains retards, néanmoins elle met tout en oeuvre pour y remédier précise Thierry Ney, porte-parole de la SNCB :

"On essaie de façons multiples d'améliorer la ponctualité, en renouvelant la flotte du matériel et en l'entretenant. En faisant des mesures comme le plan hiver et le plan été afin de limiter les impacts dû au climat de la Belgique."

Et concernant les problèmes purement techniques des Desiro, la SNCB est en contact régulier avec le fournisseur Siemens pour mettre fin aux couacs.

Anne Lemaire, Christine Pinchart

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK