Les maisons Abbeyfield: un habitat groupé pour les seniors actifs

Les maisons Abbeyfield: un habitat groupé pour les seniors actifs
Les maisons Abbeyfield: un habitat groupé pour les seniors actifs - © RTBF

Vivre seul, c'est parfois un choix, mais parfois un fardeau, surtout quand on prend de l'âge.  De plus en plus de solutions émergent aujourd'hui pour faire face à la demande d'habitat groupé.  Certains logements ressemblent à des kots pour seniors, d'autres sont plus luxueux et proposent des infrastructures sportives ou médicales.  Il s'agit du concept Abbeyfield, qui s'adresse aux jeunes seniors en bonne santé.

Les maisons Abbeyfield sont arrivées en Belgique en 1995.  C'est un habitat groupé de taille familiale avec des appartements individuels.  Le principe est que les habitants participent activement à l'organisation de la maison, se répartissent les tâches et les responsabilités de la maison.  Les seniors sont donc autonomes et indépendants.  Nous avons visité celui de Perwez, en Brabant wallon et celui de Lixhe, près de Visé, en Province de Liège.

Abbeyfield de Perwez

Huit seniors habitent cet espace de vie en commun.  Chacun loue un appartement d'environ 50 mètres carré et payent 700 euros toutes charges comprises.  L'immeuble appartient à un promoteur immobilier.  Il loue à une asbl dont les membres du Conseil d'administration sont les locataires.

Francis Loicq, un résident de 73 ans nous a fait visiter son appartement: "Ici, c'est chez moi, c'est mon espace particulier.  C'est un appartement qui est prévu pour une personne seule.  J'y ai installé mes livres, mes disques, ma radio, ... et j'ai la vue sur le jardin, ce qui est très important pour moi", dit Francis.

Une fois par semaine, un repas commun doit être partagé.  Chacun à son tour, le senior fait les courses et assure le repas.  Michel Thirion, un résident de 68 ans explique comment rejoindre ce milieu et se fondre dans le moule: "La personne qui veut venir nous rejoindre, doit passer par plusieurs rencontres.  Elle vient souvent partager un repas avec nous, on la voit deux, trois fois puis elle fait un stage de 15 jours.  Là, on apprend un peu à se connaître.  Généralement, ce n'est pas nous qui allons refuser la personne, mais la personne va se rendre compte si elle se sent bien dans ce milieu ou pas."

Abbeyfield de Lixhe

Cette maison est toute différente de celle de Perwez. Entourée d'un hectare de jardin, elle appartient à la Fondation Roi Baudouin.  Le prix de l'appartement avoisine les 750 euros tout compris, chauffage, électricité, wifi, téléphone.  L'âge minimum est de 55 ans et il faut être en bonne santé.

La maison s'adresse à des gens qui ont connu des problèmes familiaux.  Ce n'est donc pas réservé à une élite, mais plus à des personnes dans le besoin.  C'est le cas de Daniele Hatoy, résidente de 64 ans, qui vient d'arriver il y a seulement deux jours.  Pour elle, vivre en semi communauté ne lui fait pas peur: "Ca fait six ans que je vis avec la solitude.  J'en connais donc tous les inconvénients.  Je ne sais pas comment on fait quand on ne s'entend pas avec les autres mais je suis prête à faire le maximum parce que je préfère avoir des problèmes de voisinage, de vie en communauté que vivre la solitude."

Nous avons rencontré également Jackie Amand et son mari.  Ce sont des anciens restaurateurs.  Jackie a 66 ans et est principalement au fourneau car elle aime ça.  Si elle peut encore vivre 20 ans dans la maison, elle signe à deux mains: "Quand quelqu'un a un souci, comme on se voit tous les jours, si on ne voit pas la personne pendant un ou deux jours, on s'inquiète, on va voir ce qui se passe ...  C'est une sécurité", explique Jackie.

Aujourd'hui, il existe cinq maisons Abbeyfield en Belgique: trois en Wallonie et deux à Bruxelles.  Trois autres sont sur le point d'ouvrir.  Yves Fryns, le président de la maison Abbeyfield de Lixhe précise: "Il faut bien reconnaître que le fait de vivre en communauté, pour beaucoup de monde, cela signifie "secte", alors que ce n'est pas du tout le cas chez Abbeyfield.  Nous vivons une vie familiale où tous les membres de notre communauté restent entièrement libres de leurs actions et de leurs pensées."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK