Les lions saisis dans un cirque à Fléron seront envoyés en Afrique

Les lions saisis dans un cirque à Fléron seront envoyés en Afrique
Les lions saisis dans un cirque à Fléron seront envoyés en Afrique - © RTBF

Les 4 lions saisis dans un cirque français il y a un mois à Fléron finiront leurs jours en Afrique. Le Service fédéral du Bien-être Animal a décidé de confier les fauves à l'association "Natuurhulpcentrum", un centre d'hébergement pour les animaux sauvages situé dans le Limbourg. L'asbl a l'intention de renvoyer ensuite les animaux dans un sanctuaire en Afrique. Le propriétaire du cirque Franco-Canadien avait introduit un recours pour récupérer les 4 fauves. Le tribunal de Liège s'est déclaré incompétent. La décision administrative de saisie des animaux sauvages est donc confirmée, une première en Belgique suite à la nouvelle loi qui, depuis mars, interdit leur détention dans les cirques.

Simon Dubois, le directeur du cirque Franco-Canadien, parle d'injustice. Mais il compte continuer à produire des spectacles de fauves: "En France, nous avons tous des fauves. On va donc vite retrouver des bébés lions et des bébés tigres. Mais il faut remonter un nouveau numéro, et ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut à peu près deux ans, deux ans et demi. Ce sera en France ou dans d'autres pays parce que pour l'instant, il n'y a que la Belgique et l'Autriche qui interdisent les animaux sauvages".

C'est l'association "Natuurhulpcentrum" qui accueille provisoirement, en Flandre, les 4 fauves saisis. Ils rejoindront à terme un parc en Afrique où ils seront hébergés en semi-liberté. Benjamin Loisin, porte-parole de l'asbl: "C'est plus faisable que de les relâcher dans la nature parce qu'ils sont nés en captivité, donc ils ne savent pas chasser, d'autant qu'ils ont été dégriffés. Ils doivent donc avoir de la nourriture. Ce n'est pas vraiment facile de trouver un endroit pour quatre liions".

Les 4 lions devront attendre plusieurs mois avant de rejoindre probablement l'Afrique du Sud.

Erik Dagonnier

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK