Les lions, chameaux ou éléphants seront-ils bannis des cirques carolos?

Depuis 2005, en Belgique, une réglementation assez contraignante est en vigueur concernant les animaux sauvages utilisés dans les cirques. Et depuis 2012, il est demandé aux communes de veiller à une application stricte de ce règlement. "Cet arrêté prévoit trois points à surveiller, déclare Cyprien Devillers (échevin du Bien-être animal). Un, la taille des surfaces mises à disposition pour les animaux sauvages. Ensuite, l’accès à l’eau potable. Et enfin, une sécurité par rapport au public, qui ne peut pas être en contact avec ces animaux."

Depuis quelques années, Charleroi n'autorise que l'installation de deux cirques par an sur son territoire. Des cirques qui sont donc (très strictement) contrôlés, comme ce fût le cas en novembre dernier. Les conditions de vie des chameaux, éléphants et des otaries qui participaient aux spectacles ont été contrôlées par le vétérinaire de la Ville.

Mais pour Charleroi, l'échevin du Bien-être animal compte bien pousser la réflexion plus loin. "On peut se poser la question d’avoir encore au XXIe siècle des animaux sauvages qui vont devenir des migrateurs en caravane. On sait aujourd’hui que les cirques qui marchent le mieux, ce sont des cirques avec une scénographie, avec des hommes… Un spectacle vivant qui raconte une histoire. Et à Charleroi, est-il encore opportun d’avoir ces cirques ?"

Le sujet sera dans les mois à venir sur la table du collège communal. Si Charleroi devait interdire les animaux sauvages dans les cirques installés sur son territoire, il suivrait ainsi pas moins de 130 communes belges qui ont déjà instauré cette interdiction.

Hugues Decaluwé

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK