Les jurés de la cour d'assises du Hainaut entreront en délibération ce mercredi matin

Les jurés de la cour d'assises du Hainaut vont entrer en délibération ce mercredi matin, pour débattre sur la culpabilité des six personnes accusées d'un vol avec meurtre commis la nuit du 20 au 21 octobre 2016 dans la ferme Libiez à Roisin.
Les jurés de la cour d'assises du Hainaut vont entrer en délibération ce mercredi matin, pour débattre sur la culpabilité des six personnes accusées d'un vol avec meurtre commis la nuit du 20 au 21 octobre 2016 dans la ferme Libiez à Roisin. - © Belga - Virginie Lefour

Les jurés de la cour d'assises du Hainaut entreront en délibération ce mercredi matin pour débattre sur la culpabilité des six personnes accusées d'un vol avec meurtre commis la nuit du 20 au 21 octobre 2016 dans la ferme Libiez à Roisin. Mardi, les avocats de la défense sont restés sur leurs positions lors des répliques.

Ils sollicitent tous l'acquittement sauf Me Discepoli, l'avocat de Loïc Harvengt, en aveux du vol mais pas du meurtre. "A-t-il accepté l'idée que Jean-Claude Libiez perde la vie? Si ce n'était pas prévu, il faudra l'acquitter. Moi je vous plaide que la mise à mort n'était pas prévue", a déclaré Me Discepoli.

Maître Bouchat demande l'acquittement pour son client

Lors des répliques, Me Michel Bouchat s'est montré le plus vindicatif. Il demande l'acquittement de Josué Krier. "Mon client dit toujours la même chose depuis le début. Ce n'est pas le cas de Franz Pottiez et de Loïc Harvengt qui se contredisent. Je suis convaincu que ce garçon n'est pas coupable" , a insisté Me Bouchat.

Me Mairiaux constate que les jurés "n'ont aucun élément matériel sur lequel ils peuvent s'appuyer pour affirmer que Torino Dubois était présent à Roisin, entre 1h30 et 1h45, la nuit du crime".

Selon l'avocats, les déclarations de Loïc Harvengt ne sont que des éléments subjectifs et variables. Me Bruno, Me Van Malleghem et Me Bouchat ont aussi expliqué que, contrairement à ce qu'il prétend, Loïc Harvengt n'était pas sur le parking d'une discothèque à Jemappes, quelques heures après le crime, en compagnie de Franz Pottiez.

"La thèse de l'accusation est que ce petit monde se donne rendez-vous dans une boite de nuit pour faire le point. Sauf que Loïc Harvengt n'y est pas. Pourquoi échange-t-il SMS avec Franz Pottiez s'il est avec lui ? Ces SMS sont envoyés à partir de Quaregnon. Il n'est pas à Jemappes!", insiste Me Van Malleghem.

Enfin, le couple Thomas Audin et Sylvie Cuelle ont présenté leurs excuses aux victimes, Bernard Libiez, blessé par balle, et sa maman. "Je n'ai jamais voulu faire de mal à personne, surtout pas à mes voisins. J'aimais beaucoup Jean-Claude", a déclaré Thomas Audin, en pleurs. "Je demande pardon de tout mon coeur", a déclaré son épouse. Un arrêt pourrait tomber mardi.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK