Les jeunes Bruxellois ont les mêmes préoccupations

De la rencontre de ce lundi résulte un film, qui prouve que ces jeunes bruxellois ont les mêmes aspirations
De la rencontre de ce lundi résulte un film, qui prouve que ces jeunes bruxellois ont les mêmes aspirations - © Belga Picture

Le secteur de l'Aide à la jeunesse en est convaincu: les jeunes Bruxellois, quelles que soient leur origine, leur langue ou leur couleur, ont les mêmes préoccupations dans la ville. Ses membres estiment insensé de cloisonner cette politique entre Néerlandophones et Francophones. Pour le prouver, des membres d'associations du secteur ont formé une plate-forme et ont décidé de partir à la rencontre de ces jeunes, de les interroger sur leurs préoccupations et d'en faire un film.

Le projet est soutenu par les ministres de l'Aide à la jeunesse, Evelyne Huytebroeck, pour la Communauté française, et Bruno de Lille, pour la Vlaamse Gemeenschapscommissie (VGC), équivalent néerlandophone de la Commission communautaire française (COCOF).

Bessayra est fraîchement arrivée de la République dominicaine. Shana est plutôt néerlandophone à l'origine mais, aujourd'hui, elle est parfaite bilingue. Antony, quant à lui, est enfant d'immigrés italiens et Kamal est plutôt francophone au départ. Les profils de ces quatre jeunes sont aussi variés que leurs préoccupations dans la ville sont similaires. Lorsqu’on leur demande ce qu'ils aiment à Bruxelles, ceux-ci ont des réponses plutôt convergentes... "On peut sortir avec nos amis. On peut danser dans les soirées", raconte une jeune. Un autre ajoute: "Il y a pleins de chouettes choses, comme la Foire du Midi, Bruxelles-Les-Bains, etc." Ces jeunes portent également une attention particulière aux transports dans la ville. "On peut se bouger facilement avec les bus, les métros, les trams", affirme un jeune, satisfait. Un second enchérit: "Des lignes de bus, des métros, des trams, il y en a partout."

Bart Van de Ven, coordinateur de la plate-forme "FR+NL = Het werkt! Ca marche!", est convaincu des préoccupations communes de ces jeunes. Il insiste: "Avec le reportage qu’on tourne maintenant, on veut démontrer qu’un jeune francophone, un jeune néerlandophone, un jeune d’origine arabe, un jeune d’origine turque ou chinoise… Qu’importe! On est tous Bruxellois et on a les mêmes souhaits et les mêmes aspirations."

Le film produit s'inscrit dans un projet plus vaste. L’objectif: favoriser la concertation et la coopération entre associations de la jeunesse néerlandophones et francophones à Bruxelles.

Barbara Boulet - Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK