Les "Histoires des bains et bassins de natation de Liège"

Marcel Conradt dédicace son ouvrage "Histoires des bains et bassins de natation de Liège, du 17ème siècle à nos jours"
Marcel Conradt dédicace son ouvrage "Histoires des bains et bassins de natation de Liège, du 17ème siècle à nos jours" - © RTBF

L'auteur liégeois Marcel Conradt s'était déjà plongé dans l'histoire de sa ville en retraçant notamment celles de ses théâtres, de son Grand Bazar, de sa place Saint-Lambert, de ses hôtels ou de ses quais de la Meuse et de la Dérivation. Son nouvel ouvrage - publié aux Editions de la Province de Liège - nous plonge cette fois dans les "Histoires des bains et bassins de natation de Liège, du 17e siècle à nos jours". Logique, quand on sait que Marcel Conradt a notamment été un des premiers "bébés-nageurs" de Liège.

Le livre de Marcel Conradt remonte donc jusqu'au XVIIe siècle. Où et comment se baignait-on alors ? "Au XVIIe siècle, je ne sais pas si on peut appeler cela vraiment se baigner, mais quand on doit aller dans l'eau, c'est dans la Meuse ou dans les différents biefs de la Meuse qu'il y avait dans toute la ville.", explique Marcel Conradt, "On se baignait dans le bief du boulevard de la Sauvenière, puisque c'était un bras de Meuse. Les premières vraies piscines, espaces clôturés, vont remonter au XVIIe, XVIIIe siècle, ce sont des bains organisés. Il y a un bain qui se trouvait en face de l'Evêché qui était le "Bain des Croisiers", c'était dans la Meuse. Et naturellement, on dépend de la nature de l'eau, de sa froideur ou de sa chaleur... Puis alors vont apparaître les étuves, qui vont d'abord être très utiles, puis alors, comme il y a une promiscuité assez importante, vont connaître certaines dérives, qui vont amener les églises à intervenir.L'Eglise n'interdit pas le bain "hommes", mais dit quand même qu'il faut faire attention, ne pas s'exposer, prendre cela dans un endroit reculé. Et naturellement, les baignades de la femme sont vraiment déconseillées."

Les premiers bassins de natation liégeois étaient simplement des espaces délimités sur la Meuse. Longtemps, la baignade se fera en plein air. Il faudra attendre 1907 pour que la toute première piscine couverte de Liège ouvre sur le boulevard d'Avroy. Marcel Conradt; "La piscine des "Bains Grétry", qui se trouvait où se trouve actuellement un parking, juste à côté du lycée Léonie de Waha. C'est un ancien théâtre, qui arrête en 1905, et un théâtre, c'est intéressant à cause du volume. A la limite, il suffit de creuser un peu et y mettre de l'eau et on a la piscine, et les loges deviennent les cabines. La piscine va être ultra-moderne, elle comptait deux bassins et toute l'infrastructure d'une station thermale, c'était vraiment génial. Elle ouvre en 1907, mais il y a la guerre donc en 1914. Après la guerre 14-18, les "Bains Grétry" ne rouvrent pas." Mais des vestiges subsistent. "Si vous allez maintenant au niveau du premier et du deuxième étage dans le parking, les têtes de colonnes en béton, qui soutiennent ce qui était la verrière mais qui est le toit maintenant du parking, sont encore des têtes de poissons. On retrouve à certains endroits le carrelage particulier aux piscines. Il y a encore des balustrades en fer forgé qui y sont, où on distingue les vagues, et il y a encore certaines portes de cabines de déshabillage."

Après la fermeture de ces "Bains Grétry", Liège devra attendre 1942, pour retrouver, au terme de multiples péripéties évidemment détaillées dans le livre, une piscine publique couverte au centre ville avec les "Bains de la Sauvenière". Depuis la fermeture de ces derniers en 2002, le centre de Liège attend sa nouvelle piscine. Elle doit être construite à Jonfosse. Roland Léonard, l'échevin des travaux de la Ville de Liège: "Ce chantier, je l'espère vraiment, démarrera dans l'année 2016. Nous sommes aux portes du dépôt du permis d'urbanisme. Le délai complémentaire par rapport au planning initial est lié à des problèmes d'assainissement des sols. Nous avons un consortium qui a été désigné en 2013, pour une construction de la piscine à hauteur de 13 millions d'euros, dont 8 millions subsidiés par la Région Wallonne, les 5 millions restants étant à charge de la Ville. Le seul volet que nous devons encore objectiver aujourd'hui c'est éventuellement des surcoûts de dépollution, pour lesquels nous aurons nos assurances, je l'espère, fin du mois de février. Le chantier durera deux ans, et donc devrait trouver à se terminer dans le dernier trimestre 2018." Une fois cette piscine Jonfosse achevée, la Ville de Liège compte rénover en profondeur celle d'Outremeuse.