Les fritkots sont-ils amenés à disparaître ?

RTBF
RTBF - © RTBF

"Fritkots, une espèce en voie de disparition", une exposition à Waterloo de toiles représentant des fritkots, immortalisés partout en Belgique au cours des dix dernières années et dont près de la moitié a déjà disparu.

Lobjet de lexposition "Fritkots, une espèce en voie de disparition" ce sont des peintures à lhuile, assez naïves, qui représentent des fritkots, fritures, ou friteries en "beau" français. Via ces tableaux, c'est presque une étude sociologique à laquelle s'est livré le peintre Gilles Houben.

Le peintre tient aussi à sensibiliser les visiteurs: "la disparition des fritkots, c'est la disparition d'un pan de notre culture", plaide-t-il.  Et près de la moitié des baraques à frites que le peintre a immortalisées, depuis 96, ont aujourdhui disparu. "Aujourdhui, quand on ouvre un fritkot, il faut des murs, en briques. Plus question de faire ses frites dans une roulotte, dans une camionnette. Donc les friteries ne vont pas complètement disparaître, mais ce ne sera plus la même chose".

Les fritkots: une odeur qui évoque des souvenirs

Dès louverture au public, les visiteurs waterlootois se ruent sur une même toile: la friture de Jolibois, à Waterloo. Il faut dire quun fritkot, cest un peu la madeleine de Proust: les souvenirs rejaillissent. "Jaurais aimé acheter le tableau parce que ça évoque tellement de choses", explique cette habitante. "Cest un endroit qui provoque une émotion parce que rien que den parler, jen sens lodeur. Je pense que cest vraiment typique de la Belgique."

Cette exposition est à visiter jusqu'au dimanche 4 octobre, aux Ecuries, à Waterloo.

(O. Leherte)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK