"Les forêts d'Ardenne", le nouveau concept du Gouvernement wallon

L'or vert de Wallonie est connu par les touristes, mais son immense potentiel est peut-être sous-exploité aujourd'hui. D'où l'idée, à côté des traditionnelles balades à pied, à vélo ou à cheval, de proposer des séjours surprenants.

Dans la grande forêt d'Anlier par exemple, on pourra désormais dormir dans un tipi ou dans une bulle en plastique :

"Une bulle transparente, face à la nature et la tête dans les étoiles. Ca permet de s'offrir une escapade insolite."

On connaissait le slow food, voilà ce que l'on pourrait appeler le slow tourisme :

"C'est une forme de voyage qui invite à lever le pied, à prendre le temps de souffler et à oublier le concept "voir un maximum de choses en un minimum de temps"; musardons et soyons curieux."

Un tourisme respectueux et parfois initiatique. Exemple avec ces bivouacs organisés dans la forêt de Chimay :

"On part en immersion totale et complète. On laisse chez nous les artifices de nos vies quotidiennes, et l'idée est de réfléchir à notre rapport au monde, au temps et à soi."

Et quelle que soit l'activité, l'ambition est la même, il s'agit de profiter de la nature, sans la dénaturer :

"Il ne peut y avoir sensibilisation durable, sans un moment de flash affectif avec la forêt."

Avec la grande forêt de Saint-Hubert, se sont en tout, trois massifs dans lesquels ces nouvelles formes de tourisme vont être tentées.

Et si les touristes répondent à l'appel, d'autres espaces verts exceptionnels de Wallonie pourraient suivre.

Ruhy Hermans, Christine Pinchart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK