Les festivals à l'heure des toilettes sèches ?

Avec l'été, les festivals de musique sont de retour avec leur lot de pollutions: gobelets en plastique, déchets en tout genre et, évidemment les toilettes chimiques. De plus en plus, pourtant, les préoccupations écologiques font leur chemin. Certains organisateurs de festivals, en Belgique, tentent l'expérience de la toilette sèche, en lieu et place des célèbres cabines de toilettes en plastique, regorgeant de produits chimiques.

En quoi consiste une toilette sèche ?

Une cuvette, une lunette, un seau rempli de sciure de bois et une pelle. Voilà les éléments qui composent une toilette sèche. La sciure sert a neutraliser les odeurs et à transformer peu à peu le contenu des toilettes en compost. Il suffit ensuite de lentourer dune cabine, en bois, ou en bâches, maintenues par des barres de métal, pour obtenir une toilette sèche de festival.

Par rapport à la France et l'Allemagne par exemple, la Belgique est à la traîne dans le domain. Seules quelques petites asbl ou entreprises d'insertion sociales belges fournissent pour l'instant ces toilettes sèches. Jean-Antoine Lacroix organise le festival Pac Rock à Pont-à-Celles. Cette année, il avait opté pour les toilettes sèches, mais sest heurté à la difficulté den trouver. "On a dû faire appel à trois fournisseurs différents pour obtenir quinze cabines. Même sur internet on a eu des difficultés pour trouver ce quon cherchait". Quinze cabines de toilettes sèches pour 3 000 festivaliers par jour.

Les impératifs de la toilette sèche

Ces toilettes demandent plus de main-duvre. Il faut évacuer le contenu des fosses, situées sous la lunette. Employer de la main duvre signifie aussi un coût plus important. "Ce nest plus un apport de produits chimiques qui liquéfient les matières fécales et quil suffit de pomper à la fin du festival", explique Vincent  Kervyn, le directeur de Floreco, une entreprise d'insertion sociale située à Jodoigne, qui s'est lancée il y a quelques mois dans la production de cabines de toilettes sèches. "La toilette chimique et la toilette classique - celle où lon tire la chasse - sont dimportante sources de pollution. Cest donc un choix idéologique important, dopter pour la toilette sèche et les festivals sont le lieu idéal pour sensibiliser les gens".

Le service est beaucoup plus développé en France où il existe depuis déjà plusieurs années. Les festivals belges ne peuvent toutefois profiter de ce service existant. Il serait en effet ridicule de faire parcourir des centaines de kilomètres à un produit, choisi pour son faible impact environnemental. Il faudra donc attendre que le marché local se développe.

(O. Leherte)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK